«Jeune papa immature», il frappe sa concubine : un an de prison

  • Le tribunal de Rodez.
    Le tribunal de Rodez. Archives CP
Publié le

Mardi, un jeune Millavois était présenté en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Rodez. Lui étaient reprochés des faits de violences à l’encontre de sa concubine, de menaces et d’intimidation, notamment avec un couteau. Des faits qui remontent au 4août dernier au domicile que partageait le couple depuis quelques jours seulement. Ce soir-là, l’homme -âgé de 21 ans- rentre saoul au domicile de sa compagne. Celle-ci est rentrée de la maternité trois jours plus tôt, où elle a donné naissance à leur premier enfant. S’en suit une violente dispute entre les deux individus sur la terrasse de leur appartement, sur fond de jalousie.

Trois voisins assurent avoir vu l’homme saisir un manche à balai pour frapper sa compagne tout en l’insultant. Le prévenu avoue avoir «poussé» sa concubine à l’intérieur de l’appartement, mais nie l’avoir «traîné par les cheveux». Là, la victime assure que son compagnon «a été chercher un Opinel dans la cuisine, qu’il a pointé» sur elle pour la menacer avant de s’endormir sur le canapé du salon, sur lequel le trouveront les policiers, prévenus par une amie de la victime. Déjà condamné à deux reprises dans l’année pour des faits de violences, le casier du prévenu ne joue pas en sa faveur. 

À 21 ans, l’homme compte déjà 13 mentions sur ce dernier et 11 condamnations. Vols, escroquerie, défaut de permis et d’assurances, violences conjugales et sur des personnes dépositaires de l’autorité publique, refus d’obtempérer, etc. Dans la salle d’audience déserte -où seule la victime ne s’étant pas portée partie civile a pris place-, le président Goumon égrène les condamnations. «Il est rare, à votre âge, de voir des casiers judiciaires si fournis, commence-t-il. Vous avez tout eu : du sursis, de la mise à l’épreuve, de la prison ferme, des travaux d’intérêt général, des obligations de soins concernant votre addiction à l’alcool que vous n’avez pas honorées... Vous ne semblez ni entendre ni prendre en compte les nombreuses mises en garde. Il n’y a aucune alternative à l’incarcération vous concernant. Votre comportement est irresponsable et mérite d’être puni. » Et le président du tribunal de rappeler que l’individu comparaissait, mardi, en état de récidive légale. Il est également visé par une autre affaire de violence, qui sera jugée en septembre.

«Vous ne me faites pas peur»

Pendant l’audience, l’homme ne quitte pas des yeux sa compagne, dans l’assistance. Une attitude qui n’a pas manqué d’irriter le procureur Chabbi : «Vous ne me faites pas peur. Par contre votre compagne a vraiment eu la trouille ce 4août. Ce n’est pas la première fois que vous la frappiez et l’insultiez,, mais elle a voulu vous donner une chance. Elle rentre de la maternité et retrouve un concubin saoul et violent. Aujourd’hui, elle est venue dignement, elle ne réclame rien, si ce n’est un peu de tranquilité.» Quant à l’avocate de la défense, maître Diagne, elle a plaidé la «clémence» pour son client, un «jeune papa immature» mais qui est «à l’aube de sa vie» et a besoin «d’une autre chance». Le tribunal a finalement suivi la réquisition du procureur, à savoir un an d’emprisonnement avec mandat de dépôt et la révocation de la totalité des peines de sursis et de mises à l’épreuve en cours. 

LC
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?