Sports équestres

Jeux olympiques. Combelles brille des médailles françaises

  • Médaillée mardi à Rio, l'équipe de France d'équitation connait très bien le complexe de Combelles.
    Médaillée mardi à Rio, l'équipe de France d'équitation connait très bien le complexe de Combelles. AFP JOHN MACDOUGALL / AFP JOHN MACDOUGALL
Publié le / Modifié le S'abonner

Rodez. Alors que sur le site du domaine de Combelles la saison estivale bat son plein, Nicolas Burtin, salarié instructeur du centre équestre, ne cache pas sa fierté. «Tous les médaillés français sont passés par Combelles»

Une grande fierté, un aboutissement». Alors que sur le site du domaine de Combelles la saison estivale bat son plein, Nicolas Burtin, salarié instructeur du centre équestre, ne cache pas sa fierté. «Avant de savoir si ces médailles en équitation à Rio (médaille d’or au concours complet par équipes, et médaille d'argent au concours complet individuel pour Nicolas Astier, NDLR) ont des retombées sur notre sport, une chose est sûre : tous les médaillés français sont passés par Combelles», lâche-t-il immédiatement.

En effet, tout comme ses coéquipiers Mathieu Lemoine et Karim Laghouag, Thibaut Vallette et le Toulousain Astier Nicolas, doublement médaillé mardi, a suivi toute sa carrière de formation dans la région, participant depuis son plus jeune âge à tous les concours organisés par le centre équestre de Combelles. En 2009, le jeune cavalier avait remporté les deux épreuves internationales qui se déroulaient alors sur le domaine. «Pour arriver à cette médaille aux JO, Astier Nicolas a gravi une à une les marches qui l’ont construit et fait grandir. Combelles fait partie de ces marches», ajoute encore Nicolas Burtin. 

Troisième sport français

Troisième sport français en terme de licenciés, l’équitation espère tirer profit de cette soudaine médiatisation. Avec 400 licenciés de 4 à 65 ans au compteur, le centre de Combelles ne fait pas exception. «Depuis maintenant de nombreuses années, Combelles accompagne des enfants jusqu’à des concours nationaux, européens voire internationaux, reprend Nicolas Burtin. Astier Nicolas n’était pas issu du milieu équestre, il a commencé dans un poney club toulousain pour en être là aujourd’hui. Ce parcours peut donner envie à des enfants comme à leurs parents de découvrir notre sport, et ce serait une belle chose.» Déjà, mercredi, le personnel de Combelles a ressenti un engouement nouveau, successif au succès français. Pendant l’été, entre 60 et 80 personnes par jour profitent de ses installations.

Lola Cros
Sur le même sujet
Réagir