Enedis met le drone à l’épreuve en Aveyron

  • Le partenariat entre Enedis et Delair-Tech devrait selon toute vraisemblance se concrétiser après cette mission de 500 kilomètres qui se concentre sur l’Aveyron et le Lot. C’est en tout cas le souhait de Hervé Simonnot et Mickaël de Lagarde.
    Le partenariat entre Enedis et Delair-Tech devrait selon toute vraisemblance se concrétiser après cette mission de 500 kilomètres qui se concentre sur l’Aveyron et le Lot. C’est en tout cas le souhait de Hervé Simonnot et Mickaël de Lagarde. Philippe Routhe / Philippe Routhe
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Après plusieurs tests, une mission grandeur nature a été confiée à la société toulousaine Delair-Tech par Enedis. Objectif: identifier avec l’appui d’un drone les zones du réseau de moyenne tension où des mesures d’élagages doivent être prises. Une première en France.

L’entretien du réseau de moyenne tension en Aveyron n’est pas une paille. Pour Enedis (ex-Erdf), cela représente en Aveyron un investissement de 25 millions d’euros. Sur cette somme, trois millions sont consacrés aux seules nécessités d’élagages.

Il faut dire que sur les 9 000 kilomètres du réseau aveyronnais, 6 000 kilomètres sont aériens. «Et l’on peut dire qu’il y a beaucoup de végétation» glisse Hervé Simonnot, directeur territorial Enedis Aveyron. Pour mener à bien ces travaux d’élagages, la surveillance du réseau par des agents Enedis s’effectue à pied ou à l’aide d’un hélicoptère. «Actuellement, il nous faut à peu près trois ans pour réaliser l’inventaire et traiter l’ensemble du réseau», explique Hervé Simonnot.

Mais cela est appelé à changer grâce à une nouvelle technologie. Celle offerte par l’utilisation du drone. C’est en tout cas ce à quoi s’attelle Enedis. Le directeur territorial de l’Aveyron pilote ainsi une mission inédite en France, qui a été confiée à la société toulousaine Delair-Tech. et qui a donc pour théâtre l’Aveyron.

Delair-Tech, spécialisée dans la fabrication de drone et le traitement d’images prises à partir de ceux-ci, explore actuellement 500 kilomètres du réseau moyenne tension dans le département. 300 en Aveyron et 200 dans le Lot. L’opération devrait durer un mois environ.

300 000 km de réseau en France

L’engin, prenant une photo par seconde, survole les lignes suivant une trajectoire qui lui a été paramétrée. Au sol, un pilote se contente de s’assurer que l’évolution du drone se déroule normalement. «Grâce à cette technologie-là, nous réalisons un gain de temps et un gain d’argent» commente Hervé Simonnot.

Dès lors, pour la société Delair-Tech, la mission confiée par Enedis est lourde d’enjeu, le réseau national comptant près de 300000 kilomètres de lignes. «Outre la fabrication de drone, qui est le cœur de notre activité, nous avons développé le traitement d’images qui permet de visualiser rapidement les points nécessitants une intervention» commente Michaël de Lagarde, président et co-fondateur de la société.

Jeudi, il était sur le terrain, à Sainte-Radegonde, pour procéder à une démonstration auprès de quelques agents Enedis et d’Hervé Simonnot. Pour ce dernier, il ne fait aucun doute que la mission confiée à Delair-Tech sera concluante et débouchera sur une généralisation de ce procédé. Il envisage même un autre axe de travail avec le drone. «Le contrôle de points chauds sur le réseau moyenne tension, avec l’appui d’une caméra infrarouge, permettant de déceler des fragilités».

Un axe sur lequel planche sérieusement la société toulousaine.

Philippe Routhe
Voir les commentaires
Réagir