Clubs ruthénois cherchent abonnés à tous prix...

  • Pour les clubs ruthénois, séduire ses spectateurs est nécessaire.
    Pour les clubs ruthénois, séduire ses spectateurs est nécessaire. Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Que ce soit le football, le rugby et autres, tous les clubs sportifs de Rodez passent aujourd’hui par des campagnes d’abonnements. Pour fidéliser un public et «remplir les caisses».

Cela ne vous aura certainement pas échappé. Des affiches en ville, de la publicité de ces mêmes colonnes, des annonces en veux-tu en voilà sur les réseaux sociaux... Depuis plusieurs semaines, les clubs ruthénois mettent le paquet pour leurs campagnes d’abonnements ! Et pour l’instant, cela porte ses fruits. Car avec 270 cartes vendues, le football est à deux doigts de dépasser son chiffre de l’an passé: 300.

Le rugby, lui, vise les 400 abonnés. «On espère progresser mais il ne faut pas rêver, on n’explose pas du jour au lendemain notre nombre d’abonnés», tempèrent tout de même en chœur les deux clubs phares de la préfecture.

Résultats sportifs, recrutement, ambitions, tarifs, niveau de l’équipe phare...Tout est à prendre en compte pour vendre le plus de sésames possibles. Certains clubs ont d’ailleurs décidé de ne pas se lancer là-dedans, au regard de l’échelon de leur équipe fanion comme le basket (Nationale 3). «Quand on sera un peu plus haut dans l’échelle, on y réfléchira. Pour l’instant, on préfère rester comme on est... », souligne Vincent Bonnefous, président du Srab qui, chaque saison, écoule une dizaine d’abonnements. 

«Un abonné, c’est un fonds de commerce»

Pour le Stade Rodez Aveyron (rugby), séduire ses spectateurs est en revanche incontournable. Pour les fidéliser tout d’abord avec en plus de la place réservée à chaque matches de nombreux privilèges (barbecue avec les joueurs de l’équipe fanion, tombola à chaque rencontre, un poster, etc). Le volet financier n’est également pas à prendre à la légère dans cette course aux abonnements.

«Un abonné, c’est un fonds de commerce. On touche l’argent avant même la saison. Économiquement, c’est donc très intéressant pour les clubs car on n’est pas suspendu aux affluences tous les dimanches... Puis un abonné satisfait reprendra sa carte automatiquement la saison d’après. C’est une vision au long terme également», ne cache pas Jean-Paul Barriac, président. Au Rodez Aveyron football, le son de cloche est quasi similaire.

D’ailleurs, depuis deux saisons, le club offre une large palette d’abonnements. Et notamment la dernière nouveauté, une carte couplée avec les féminines du Raf... «On propose un prix d’appel à 20€ et cela va jusqu’à 90€ en fonction de la place dans le stade», souligne Benjamin Guillermin, responsable communication au Raf. À chacun ses méthodes pour séduire les spectateurs.

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Réagir