Aveyron. Un bon mois d’août sauve la saison estivale

  • L’exposition Picasso au musée Soulages n’est certainement pas pour rien dans la bonne tenue du tourisme aveyronnais au mois d’août.
    L’exposition Picasso au musée Soulages n’est certainement pas pour rien dans la bonne tenue du tourisme aveyronnais au mois d’août. José A. Torres / José A. Torres
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Une forte fréquentation française et des réservations de dernière minute permettent au département de réaliser une saison honnête.

Un contexte morose que l’Aveyron veut surmonter».Tel était notre titre, fin juillet, à l’heure de dresser un premier bilan à l’échelle du département, lequel n’avait pas échappé à un début de saison difficile. Les menaces d’attentat, évidemment, mais aussi les mouvements sociaux, l’Euro de football et pour couronner le tout, une météo peu avenante, avaient en effet donné le ton de ces deux mois incontournables, puisqu’ils assurent 55% du chiffre d’affaires annuel des professionnels du tourisme.

«Depuis quelques jours, on ressent un vrai frémissement en matière d’afflux d’estivants. De quoi rester optimistes», avait toutefois relativisé Jean- François Gavalda, directeur du Comité départemental du tourisme (CDT). Une structure qui sonde tous les mois les professionnels par le biais de 2500 questionnaires.

Un tiers des nuitées en août

La synthèse des quelque 500 réponses compilées depuis la fin du mois d’août, laquelle vient tout juste d’être rendue publique, semble donner raison au directeur du CDT. «Août redonne des couleurs au tourisme aveyronnais», peut-on y lire. Une bonne nouvelle, surtout après l’annonce fin août des premiers chiffres nationaux, qui laissaient entrevoir une nette baisse de la fréquentation touristique, la France devant faire face notamment à une désaffection importante des clientèles étrangères.

Ainsi, le mois d’août, qui représente 35% des nuitées, a tenu son rang en Aveyron, les professionnels notant «une forte fréquentation française», mais aussi des «étrangers enfin présents», notamment des Belges, Espagnols et Néerlandais particulièrement remarqués. Si la plupart des professionnels notent encore «des budgets encore et toujours serrés», la météo favorable, mais aussi «l’impact positif des réservations de dernière minute» ont permis de retrouver le sourire. Mieux, les premiers indices et retours relevés sur le mois de septembre, qui n’est pas neutre dans le chiffre d’affaires annuel des professionnels, sont plutôt positifs. Au final, l’Aveyron et ses grands espaces devraient donc tirer leur épingle du jeu d’un millésime 2016 pourtant mal engagé. 

Pascal Laversenne
Voir les commentaires
Réagir