Loi El Khomri. L’intersyndicale ne veut rien lâcher

  • À Rodez, l’Unef, Unel, la FIDL, la CGT, Solidaires, FSU et FO se sont donné rendez-vous à Pôle emploi pour appeler à l’abrogation de la loi.
    À Rodez, l’Unef, Unel, la FIDL, la CGT, Solidaires, FSU et FO se sont donné rendez-vous à Pôle emploi pour appeler à l’abrogation de la loi. José A. Torres / José A. Torres
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Ils étaient 110 à Rodez (60 à Millau, 200 à Decazeville et 50 à Villefranche) à dire une nouvelle fois non à la loi dite El Khomri que le gouvernement a fait passer en force cet été à coup de l’article 49.3. À Rodez, l’Unef, Unel, la FIDL, la CGT, Solidaires, FSU et FO se sont donné rendez-vous à Pôle emploi pour appeler à l’abrogation de la loi.

L’intersyndicale se dit prête à saisir l’Organisation internationale du travail (OIT) pour démontrer le caractère «illégal» de cette loi entrée en vigueur le 8 août (tous les décrets ne sont pas passés). Les représentants syndicaux donnent rendez-vous le 27 septembre à 14heures pour un rassemblement des retraités et le 2 octobre à 11 heures à Layoule pour un pique-nique de «la France insoumise».

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir