Agriculture : en Aveyron, manger bio et local « c'est l'idéal !»

  • Le bio et les circuits courts font recette en Aveyron où les initiatives sont nombreuses.
    Le bio et les circuits courts font recette en Aveyron où les initiatives sont nombreuses. Aurélien Delbouis / Centre Presse Aveyron
Publié le

Du 17 au 25 septembre, les producteurs bio du département font campagne.

Vente à la ferme, Amap et paniers, magasins de producteurs et marchés... Il existe de nombreuses possibilités de consommer bio et local près de chez soi. Pour découvrir cette agriculture et ses circuits courts de distribution, la Fédération nationale de l’agriculture biologique a lancé, le 17 septembre jusqu’au 25, une campagne intitulée « Bio et local, c’est l’idéal ».

Une campagne nationale dans laquelle l’association aveyronnaise des producteurs bio (Apaba) entend bien prendre toute sa place. "Ce qu’elle peut faire sans rougir, elle qui est implantée dans le département qui se situe au 2e rang en terme de surfaces cultivées (plus de 40 000 hectares) en respectant la nature comme notre santé", se félicite l’Apaba qui recense aujourd’hui près de 600 producteurs dans le département.

"Créer 50 000 emplois au niveau régional"

"On sait que les producteurs bio aiment les circuits dits courts et que les amateurs de produits bio aiment s’approvisionner au plus près de chez eux. Ça tombe bien, c’est totalement cohérent", insiste l’Apaba. Plutôt que de grands discours, les producteurs bio invitent le grand public à se rendre compte sur place, en organisant tout au long de la semaine toute une série de visites à la ferme, de dégustations, ou de rencontres. Neuf événements ponctués par le marché gourmand de Rignac, le 25 septembre, où se sont donnés rendez-vous les producteurs locaux.

Des producteurs qui, comme Bernard Brasseur, maraîcher alsacien installé à Auzits, restent convaincus que le bio a de l’avenir. À condition qu’on lui en donne les moyens. "On pourrait créer 50000 emplois au niveau régional, avec peu d’investissements, nous confiait-il lors d’une assemblée générale de l’Apaba. En Aveyron, par exemple, on ne produit pas assez de légumes et de fruits bio. J’y crois à fond. Économiquement, ça peut être rentable et ce sont des emplois qui ne sont pas délocalisables. Mais il faut aller vite, avant que les savoir-faire s’éteignent dans nos campagnes."

Faire vite et bien pour répondre aux attentes des consommateurs. Neuf Français sur 10 consomment bio, au moins occasionnellement. Et 93% d’entre eux ont l’intention de maintenir ou augmenter leurs achats bio dans les 6 mois à venir. De quoi susciter des vocations.

Les rendez-vous en Aveyron sur internet : bioetlocalcestlideal.org

Le bio en Aveyron en chiffres

  • 574, c’est le nombre de producteurs bio recensés en Aveyron au 16 février 2015.
  • 82 transformateurs et 28 distributeurs
  • 34 896, le nombre d’hectares certifiés bio (+4,3%)
  • 3014 hectares en conversion
  • 7,3 %, c’est la surface occupée par l’agriculture biologique (+5,8%) par rapport à la surface agricole utile (chiffres de février 2015).
Aurélien Delbouis
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?