Faits divers

Sécurité routière : "Repenser le contrôle sanction"

  • Le lieutenant-colonel Erwan Le Floc'h.
    Le lieutenant-colonel Erwan Le Floc'h. José A. Torres / José A. Torres
Publié le / Modifié le S'abonner

Erwan Le Floc’h, nouveau commandant du groupement de gendarmerie a de nopmbreux défis à relever en Aveyron, avec en tête la sécurité des citoyens, sur la route comme ailleurs. Interview. 

Donner aux 480 gendarmes du département placés sous son commandement, une nouvelle impulsion au plus près de la réalité aveyronnaise est au cœur des missions du lieutenant-colonel Erwan Le Floc’h, 47 ans, officialisé lundi dans ses fonctions.

Le bilan de la sécurité routière n’est pas très bon en Aveyron, on peut imaginer qu’il s’agit pour vous d’une priorité ? Nous avons eu 14 tués sur les routes en zone gendarmerie depuis le début de l’année, un de moins que l’an passé sur la même période.Sauf que nous accusons une hausse significative des accidents, et des blessés.Notre mission, c’est la préservation des vies humaines et le nombre des blessés représente la vraie réalité des victimes de la route. Je suis convaincu que la prévention est un vrai outil de lutte contre l’insécurité routière et que l’éducation des jeunes est primordiale. Cela dit, les Aveyronnais ont très majoritairement une très bonne éducation aux problèmes de la route. Seuls 5 % des automobilistes ruinent les efforts de tous.

À l’égard de ces derniers, vous comptez durcir la répression ? On va repenser le contrôle sanction pour qu’il soit fait de façon plus cohérente, en rapport avec le quotidien des Aveyronnais.Changer les parcours, les horaires, la façon de faire en s’appuyant sur les outils, de plus en plus modernes, dont on dispose... Il faut réfléchir à être plus présents visuellement pour les automobilistes. La route est un espace public qui se partage, notre rôle est de créer de l’insécurité chez ceux qui n’ont pas les bons comportements.

Or sécurité routière, la délinquance est une préoccupation des Aveyronnais, cambriolages en particulier.Comment lutter ? C’est vrai que l’on a eu ces derniers mois une hausse du nombre des cambriolages.Mais ça baisse un peu depuis août.Il s’agit souvent de délinquants itinérants venus de l’Europe de l’est.Il nous faut pouvoir travailler en amont, avant qu’ils ne commettent les méfaits : de ce point de vue, la gendarmerie est bien organisée, ici, pour les repérer sur les voies de circulation.On doit amplifier toutefois notre vigilance à ce niveau... C’est d’abord le rôle du commandant de l’EDSR, le capitaine Charron.

Pour le reste, le département est plutôt bon élève, les gendarmes ne subissent pas trop la pression... Détrompez-vous.Même si l’on n’a pas vraiment de grand banditisme ni de gros trafics de stups, si l’on a un très bon taux d’élucidation des affaires, c’est un combat permanent à mener.En Aveyron, on peut détecter plus facilement tout ce qui dysfonctionne.C’est, certes, un département préservé, grâce à son enclavement relatif notamment, mais il nous appartient de le garder tel qu’il est. Et à ce sujet, l’aide de la population est importante pour que nous puissions assurer sa propre sécurité. Cela est d’autant plus important en ce qui concerne la prévention du terrorisme, de la radicalisation... On peut avoir confiance.Il y a dans ce département une tonicité économique et sociale remarquable.Le préfet m’a même dit : « C’est presque un appartement témoin de ce que doit être la France ».J’y souscris !

Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir