Course à pied - Trail

"L'expérience unique" de la Ruthénoise Marion Puech

  • Marion Puech (à droite) et Lise Darfeuille ont décroché la première place chez les féminines et le 6e rang au général à l’Otillo en Suède.
    Marion Puech (à droite) et Lise Darfeuille ont décroché la première place chez les féminines et le 6e rang au général à l’Otillo en Suède. Reproduction Centre Presse / Reproduction Centre Presse
Publié le / Modifié le S'abonner

Avec son amie lyonnaise Lise Darfeuille, la kiné ruthénoise âgée de 27 ans a pris part à une épreuve mythique (65 km de course pédestre et 10 km de nage pour rallier les îles), à l’issue de laquelle les deux copines ont décroché le premier rang par équipes féminines.

«On ressemblait carrément à des pingouins !». Malgré la fatigue, Marion Puech n’a pas perdu son sens de l’humour. La kinésithérapeute ruthénoise de 27 ans est fraîchement (le mot est de circonstance !) rentrée de Suède où elle a participé à l’Otillo. Plus précisément où elle a brillé à l’occasion de ce championnat du monde de «swimrun», une épreuve mythique de 65 kilomètres de course à pied entrecoupés de 10 kilomètres de natation, pour aller d’île en île dans l’archipel de Stockholm.

Avec son amie de Lyon Lise Darfeuille, ingénieur qu’elle a connue quand elle était étudiante dans la capitale des Gaules et qu’elle fréquentait le club de natation de l’Asvel à Villeurbanne, elles avaient décroché leur billet pour la Scandinavie après leur deuxième place au «Swimrun world series» de L’Engadine en Suisse début juillet.

Les deux nageuses de formation ont frappé encore plus fort à l’Otillo puisque, après exactement 10h40’ d’efforts, elles ont pris la 6e place en étant la première équipe féminine. «C’est une sacrée expérience, quelque chose d’unique, reconnaît-elle avec un grand sourire. L’eau de la mer Baltique est très froide et il y a beaucoup de courant».

La Ruthénoise a aussi apprécié «l’esprit d’équipe» et la solidarité entre elle et Lise Darfeuille. «Pour ne pas être disqualifié, il ne fallait pas qu’il y ait plus de dix mètres entre nous, rappelle-t-elle pour étayer ce besoin de cohésion. Il faut être fort dans la relance car on passe sans arrêt de la verticalité à l’horizontalité. D’autant qu’on nage en baskets et on court en combinaison! La résistance est l’atout n°1».

«Un dialogue avec soi-même !»

Répondant ainsi à la confiance de ses partenaires (Forge de Laguiole, AJMC coaching, Moulin Calvet, SARL Benech et Ergysport), cette expérience lui a aussi permis d’effectuer un travail sur elle. «Le corps est capable de beaucoup, il nous cache des choses, lâche, presque émue, la Ruthénoise. Boucler une telle épreuve, c’est un dialogue avec soi-même !».

Et maintenant ? Après avoir signé l’exploit début juin à Nice en remportant sa catégorie lors de son tout premier Ironman (3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,195 km de course à pied), déclinant l’invitation pour l’Ironman de Kailua-Kona à Hawaï, après cette victoire par équipes chez les filles à l’Otillo, référence du «swimrun», Marion Puech veut «souffler un peu». Et aider son compagnon à construire leur maison.

Licenciée à Rodez triathlon 12, elle rêve, quand elle aura du temps, d’organiser un «swimrun» sur le Lévezou : «On a, sur ce territoire, de l’or entre les mains pour ce type de manifestation». En attendant, l’or, elle l’a autour du cou.

R.D.S.
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

330000 €

Rodez - Maison de charme de 230m² habitables sur un terrain de 620m² arboré[...]

759 €

RODEZ : Appartement de type 5 spacieux situé à deux pas du centre ville da[...]

134500 €

Bel appartement traversant, de type T3, 65 m2 habitables, exposé sud-ouest,[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir