Avec Jérémy Mellot, Rodez tient son joker «couteau suisse»

  • Après un contrat professionnel d’une saison et demie à l’AS Saint-Étienne, Mellot était libre. Une opportunité pour l’entraîneur Laurent Peyrelade (à droite) et le Raf.
    Après un contrat professionnel d’une saison et demie à l’AS Saint-Étienne, Mellot était libre. Une opportunité pour l’entraîneur Laurent Peyrelade (à droite) et le Raf. Maxime Raynaud / Maxime Raynaud
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Football. Comme annoncé ces derniers jours, l’ex-milieu de la réserve de Saint-Étienne, aussi capable de jouer sur les côtés de la défense, s’est engagé hier avec le Raf pour pallier le départ de Roumégous et la blessure de Labissière.

L’un part, l’autre arrive. Quasiment une semaine jour pour jour après le départ houleux de Jérémie Roumégous, le Rodez Aveyron football a officialisé hier la venue jusqu’à la fin de la saison d’un autre Jérémy : Mellot, libre depuis cet été et la fin de son contrat professionnel à Saint-Étienne, où il a toujours évolué avec la réserve (CFA puis CFA2), malgré six mois avec le groupe fanion. Contrairement à la signature de Loïc Poujol, la semaine dernière, cette fois il faut bien voir un lien entre la séparation avec l’ancien Castelroussin et l’arrivée de l’ex-Stéphanois, requalifié amateur.

« Nous avions commencé à regarder (pour un renfort) après la blessure de Vincent Labissière. Mais le départ de Roumégous a précipité les recherches », a ainsi affirmé hier le manager général Gregory Ursule. Dans cette optique, le natif de Montluçon a tout de la bonne pioche sur le papier. À 22 ans, il possède l’avantage de pouvoir couvrir plusieurs postes, à commencer par ceux de milieu défensif et de défenseur latéral. Soit les positions qu’occupaient respectivement Roumégous et Labissière, victime d’une rupture des ligaments croisés du genou droit début septembre. 

Testé par Brouard et ex-partenaire de Daillet

Ces dernières semaines, cette polyvalence avait d’ailleurs ouvert les portes de plusieurs clubs à Jérémy Mellot. Intégré au groupe « chômeurs » de l’UNFP, il avait passé plusieurs essais, dont un à l’AFC Tubize, club de D2 belge entraîné par un certain Régis Brouard et fréquenté par le Ruthénois Clément Fabre. Mais après des contacts avec le CA Bastia (National) et Cholet (CFA), c’est à Rodez que Mellot a atterri. « Je préfère faire une saison entière en CFA que de ne pas jouer au niveau supérieur », a-t-il justifié.

« Le coach (Laurent Peyrelade) aime les joueurs polyvalents mais il ne m’a rien promis. Tout est clair entre nous et cela m’a conforté dans mon choix », a ajouté le joueur, testé exclusivement au poste de latéral droit par le Raf, il y a quinze jours. Trapu (1,75 kg, 72 kg), doté de qualités de « volume de jeu, de vision et à l’aise techniquement » selon ses propres mots, Mellot n’arrive également pas en terre inconnue. Passé par la réserve de Clermont (CFA2) de 2012 à 2015, il y a évolué une saison aux côtés de Charly Pereira-Lage, parti cet été de Rodez à Pau (National), et surtout d’Edouard Daillet. Un autre avantage d’un joker qui pourrait rapidement faire ses premiers pas.

Maxime Raynaud
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir