Mauvaise opération pour le Roc

  • Florent Zaire et le Roc ont été barrés par les gars du Loiret, hier à l’Amphithéâtre. Jean-Louis Bories
    Florent Zaire et le Roc ont été barrés par les gars du Loiret, hier à l’Amphithéâtre. Jean-Louis Bories Jean-Louis Bories
  • Mauvaise opération pour le Roc Mauvaise opération pour le Roc
    Mauvaise opération pour le Roc
Publié le

Nationale 1 masculine (6e journée). Face à la lanterne rouge Gien, les Ruthéno-Castonétois n’ont pu obtenir mieux que le match nul hier soir à l’Amphi alors qu’ils menaient d’un but à 10 secondes de la fin.

Une bouteille d’eau qui vole avant de s’écraser contre une contremarche. Et une poignée de main aux officiels de la table de marque avant même la fin du match. C’est une certitude, Milenko Kojic, le technicien rouergat, n’a pas du tout goûté le match nul concédé par ses protégés face à Gien (29-29) hier soir à l’Amphi. Et on le comprend. Car face à la lanterne rouge, ce point perdu à la maison risque de peser lourd au moment de l’addition finale et de voir qui devra rejoindre l’étage en dessous. Alors certes, les Aveyronnais ont des circonstances atténuantes. Comme l’absence de leur capitaine emblématique, Aurélien Simon, éloigné des terrains à cause d’une infection intestinale.

Et pourtant le Roc s’est rebiffé

Ou encore le fait d’avoir été contraint d’anticiper le retour de blessure du gaucher de la base arrière, Yoanne Brevel, du coup pas du tout à son aise hier soir. Mais malgré tout, c’est une vraie mauvaise opération que les Ruthéno-Castonétois ont enregistrée. Une de ces performances qui confirme, s’il le fallait encore, que ce Roc-là n’aura vraiment rien d’acquis cette saison. Qui confirme aussi ses difficultés à trouver les réponses adéquates collectivement. Pourtant, la soirée avait plutôt bien débuté. Profitant de la maladresse aussi hallucinante que passagère des visiteurs, Gaël Robert and Co viraient en tête de quatre buts dès la 12e (7-3), et ce jusqu’à la 23e (11-7).

Le début de la fin. Car même si elle ne s’est déplacée qu’à dix (huit joueurs de champ), la lanterne rouge (qui compte un match en moins) s’est accrochée et a recollé, portée toute la partie par son ailier Mohamed Zaroili, 12 buts au total. Et même si le Roc basculait devant d’une courte tête à la pause (13-12), c’est bel et bien Gien qui reprenait la main, allant même jusqu’à pousser l’affront avec quatre buts d’avance à la 40e (15-19). Là, Tom Garcelon et ses coéquipiers auront eu le mérite de se rebiffer et de montrer leur caractère.

Recollant au score avec les tripes avant même de repasser devant à cinq minutes du terme (26-25) puis 29-27 dans la dernière minute de jeu. Mais ce diable de Zaroili est encore passé par là avant que Santos ne profite d’une gestion pas vraiment réussie des locaux pour arracher le nul 29-29 à dix secondes du terme. Pas de deuxième victoire pour un Roc qui reste donc en bas de classement.  

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?