Affaire dite de «la Chinoise» : le procès d'assises démarre à Rodez

  • Affaire dite de «la Chinoise» : le procès d'assises démarre à Rodez
    Affaire dite de «la Chinoise» : le procès d'assises démarre à Rodez
Publié le , mis à jour

Dix ans. Dix ans après la découverte du corps de Li Hongxia à Salvagnac-Cajarc, tuée de plusieurs coups de couteau dans le dos, s'ouvre à Rodez le procès du seul accusé de l'affaire, A. Aouati, qui depuis 10 ans, clame son innocence. Celui-ci sera présent, ce matin, dès 9 heures, au tribunal de Rodez, où les jurés réunis autour de la présidente Anne Haye et ses assesseurs, vont se plonger dans une sordide histoire derrière laquelle se cachent de très nombreuses zones d’ombre. Car si l'accusé a reconnu avoir vu la victime vivante pour la dernière fois le 12 décembre 2005, son corps, à moitié nu, n'a été découvert sur le causse du Quercy que 27 jours plus tard, le 8 janvier 2006.

Demande d'acquittement

Me Annabel Montels, avec Me Cédric Galandrin, plaideront l’acquittement de leur client. Interpellé en février 2006, l’accusé a été mis en détention provisoire durant un an, avant d’être placé sous contrôle judiciaire depuis. L’instruction de ce dossier a, quant à elle, duré plus de six ans sans parvenir à identifier clairement le déroulé des faits. Les jurés seront amenés à plusieurs reprises à explorer les milieux chinois de la région parisienne. Région parisienne ou l’accusé a été écroué en 1995 pour tentative de meurtre sur son épouse et où la victime fréquentait les milieux de la prostitution. C’est d’ailleurs par ce biais-là que A. Aouati et Li Hongxia se seraient rencontrés. Ce procès, dit de « la Chinoise », également marqué par l’absence de partie civile, devrait se dérouler sur cinq jours. Cinq jours pour lever des zones d’ombres qui planent depuis plus de dix ans. 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?