Santé des personnels de La Poste : des experts "sonnent l'alarme"

  • POSTE POSTIER LETTRE COURRIER
    POSTE POSTIER LETTRE COURRIER PIXROD José A. Torres
Publié le

Huit cabinets réalisant des expertises pour des comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de La Poste ont adressé une lettre ouverte au président du groupe, Philippe Wahl, pour "sonner l'alarme" sur la dégradation des conditions de travail et de la santé des agents et le "mépris du dialogue social", a-t-on appris de sources concordantes.

Dans cette lettre datée de jeudi, dont l'AFP a eu copie, ces cabinets d'experts (Aptéis, Aristée, Cedaet, Eretra, Ergonomnia, Indigo Ergonomie, Social Conseil, Odyssée) dénoncent "la dégradation des conditions de travail et le mépris du dialogue social manifesté dans les différents secteurs et aux différentes échelles du groupe", parlant d'une "situation préoccupante du fait de la rapide dégradation de l'état de santé des agents".

Ils évoquent une "aggravation de la pénibilité physique", des "cas de suicides", des "situations de détresse individuelle", de "fréquents conflits ouverts entre agents" et "un climat social délétère". En cause selon eux, les "réorganisations permanentes qui réduisent les effectifs et soumettent les agents à des cadences accélérées", du "courrier au colis, du réseau à la banque", malgré les "recommandations du rapport Kaspar de 2012", après le suicide de deux cadres.

"Pression permanente, des réprimandes, humiliations"

Pour prescrire le travail, affirment encore ces experts, "les directions de proximité doivent s'appuyer sur des "modélisations statistiques" ne correspondant pas à la réalité du terrain, "qu'elles-mêmes ne savent pas expliquer". Interrogé, l'un d'entre eux, Nicolas Spire, évoque des "logiciels qui calculent tout à la minute près, sans rapport avec la réalité des tournées des facteurs", soumis à "une pression permanente, des réprimandes, humiliations".

Il décrit "une organisation du travail qui s'est emballée dans ses modes de réorganisation et d'encadrement", parle de "situation proche du cataclysme" qu'il compare à la crise sociale de France Telecom en 2008-2009, touchée par une vague de suicides. Interrogée par l'AFP, La Poste dit avoir pris connaissance de cette lettre "avec beaucoup de sérieux" et vouloir proposer "dès la semaine prochaine" de rencontrer les experts.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?