Rodez, une nouvelle dimension

  • A l’image de Sylvain Fabre, plusieurs joueurs tendent à prendre une nouvelle dimension cette saison.
    A l’image de Sylvain Fabre, plusieurs joueurs tendent à prendre une nouvelle dimension cette saison. Archives JLB
Publié le

Outre la symbolique d’une victoire à l’extérieur attendue depuis septembre 2014 (!), le succès des Ruthénois à Tulle samedi soir (25-22) a mis en lumière la nouvelle dimension prise par de nombreux joueurs dans cette formation.

À l’heure où les différents bords politiques se cherchent un leader pour le printemps prochain, Rodez a, lui, déjà trouvé les siens. Le succès à Tulle en a été le révélateur. Jamais l’équipe n’a véritablement semblé douter, quand ce genre de scénarios tourne neuf fois sur dix en faveur de l’équipe locale. Jamais Rodez n’a, non plus, montré quelconque faiblesse, ni même baissé de rythme. Qu’importe donc si en mêlée fermée, il a souffert en fin de partie.

Car les entrants ont apporté bien d’autres choses. Et au final, c’est bel et bien Tulle qui a craqué à ce petit jeu d’échecs. « Cette équipe a prouvé qu’elle était plus grande que nous. Elle n’a pas tremblé quand, nous, on a été faible mentalement. C’est dommage à dire mais c’est la différence entre des grands joueurs de Fédérale 1 et nous », appuyait d’ailleurs le manager de Tulle, Vincent Desmons, certes atterré par le drop victorieux d’Étienne Quiniou dans les arrêts de jeu (80e+3), mais finalement peu surpris de la finalité.

Roca mais pas seulement

Effectivement, les Aveyronnais ont prouvé qu’ils avaient grandi, mûri. Et ce n’est pas un hasard. L’entraîneur Arnaud Vercruysse l’a très justement expliqué après la rencontre : « Des joueurs se révèlent de plus en plus et c’est positif. Car plus on a de leaders, plus on gagne en maturité et en sérénité ». Effectivement, certains éléments crèvent l’écran ces derniers temps. Certes, il y a encore et toujours Mathieu Roca. ça, ce n’est pas une surprise tant le capitaine est exemplaire. Mais en ce début de campagne, le 3e ligne a trouvé plusieurs relais sur le pré. Et ce, dans chaque ligne. Au premier rang desquels son « pote » Dimitri Théron.

Déjà révélé en fin de saison passée, il n’a pas relâché ses efforts. Mais il y a également Hugo Alarcon en deuxième ligne, qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Et que dire de Sylvain Fabre, capitaine en puissance de cette formation et toujours plus propre et solide, ou encore de Wesley Kotze, parfait en touche en l’absence de Rudy Auréjac. Que dire également d’Étienne Quiniou, véritable valeur ajoutée de cette formation ?

Ou encore de la paire de centre Hyardet-De Barros... Cette saison, Rodez a un nouveau statut à assumer. Et ses joueurs semblent l’avoir compris. ça promet pour la suite. Surtout à l’heure où Blagnac, vainqueur de Bobigny dimanche après avoir conquis Valence-d’Agen il y a quinze jours, s’avance à Paul-Lignon.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?