Rodez. Un an de prison pour le papy... aux 2000 cambriolages !

  • Rodez. Un an de prison pour le papy... aux 2000 cambriolages !
    Rodez. Un an de prison pour le papy... aux 2000 cambriolages !
Publié le

Tribunal. Entendu pour une série de cambriolages, un homme de 75 ans a été condamné mercredi à Rodez. 

C’est un dossier pour le moins «original», comme l’a qualifié le procureur Yves Delpérié, qu’ont eu à juger, mercredi, les magistrats du tribunal de grande instance de Rodez. Original par les cibles, tout d’abord, des mairies, des communautés de communes, offices de tourisme et autres syndicats d’initiative. Mais aussi par le nombre, présumé, de collectivités visitées : 36 pour cette affaire, mais quelque 2 000 au total, au cours de la longue « carrière » du prévenu R.B.

Arrivé du Cantal voisin, où il réside, l’homme âgé de 75 ans s’est présenté à la barre du tribunal en pantoufles. Prévoyant, R.B. avait aussi apporté, « au cas où », une petite valise renfermant ses effets personnels. Il faut dire que celui qui a tout aujourd’hui du papy tranquille présente un casier judiciaire « ahurissant », selon le président Denis Goumont.

Un casier qui porte mention de 29 condamnations, dont 25 pour des vols et 4 relevant de la cour d’Assises pour tentative d’homicide, vols avec arme, attentat à la pudeur, etc. Des faits qui ont valu à R.B. d’écoper au total de 75 années de prison ! Mais, aujourd’hui, l’homme qui avait une dent contre les collectivités car l’une d’elles « avait refusé de faire bénéficier sa première épouse du ticket modérateur », a changé. Cette nuit-là, il y a quelques années, pied-de-biche en main, R.B. avait cassé 12 collectivités. Ensuite, les cambriolages se sont enchaînés.

Démarche «originale»

« C’était surtout pour la montée d’adrénaline car il n’y avait pas beaucoup d’argent à voler, raconte celui qui n’emportait que des numéraires, s’il y en avait. Tout juste de quoi payer la location de la voiture pour écumer les villes et cambrioler leur mairie. J’étais malade. » Et aujourd’hui, de ce côté-là, tout semble aller pour le mieux.

« C’est grâce au docteur qui a enfin réussi à me soigner en m’administrant le bon traitement. Cela fait 3 ans que je me tiens à carreau, chez moi tranquille dans le jardin avec mon chien », justifie R.B. « Au départ, mon client avait été mis en examen pour 9 faits. Et de lui-même, il en a reconnu 27 autres. C’est la preuve qu’il veut en finir avec sa vie d’avant », plaide son conseil Cédric Galandrin.

Le ministère public qui reconnaît « l’originalité de la démarche » préfère y voir un bon calcul. « En reconnaissant toutes ces affaires d’un bloc ça lui permet aussi d’éviter autant de jugements et de risque de condamnations. » Pour autant, au regard de l’âge du prévenu et du fait qu’il se soit présenté de lui-même, il hésite à requérir une mesure de contrainte pénale d’une durée de 5 ans avec 2 ans de prison à faire en cas de non respect des contraintes, ou 2 ans ferme. Finalement, les juges ont déclaré R.B. coupable des faits reprochés et l’ont condamné à un an de prison sans mandat de dépôt. Ils ont également confisqué le pied-de-biche.

RB
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?