Jean-Claude Luche

Budget. La jeunesse aveyronnaise au centre des discussions

  • Budget. La jeunesse aveyronnaise au centre des discussions
    Budget. La jeunesse aveyronnaise au centre des discussions
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Les élus aveyronnais ont approuvé une nouvelle décision modificative du budget. 

L’examen de la seconde décision modificative du budget départemental n’a pas donné lieu, hier matin, à de grandes envolées. Tout au plus quelques échanges à fleurets mouchetés sur la succession (engagée) de Jean-Claude Luche, à la présidence du conseil départemental. Cette modeste décision modificative de 1,84 M€ (8 élus PS se sont abstenus, 3 autres ainsi que 5 radicaux ont voté pour) venait juste après une première décision modificative de 17 M€.

L’expression selon le président Luche d’une « gestion maîtrisée et d’une priorité accordé à l’investissement. » L’occasion aussi pour le patron de la majorité de redire ses craintes pour l’avenir régional de l’Aveyron, qui se retrouve avec des départements, comme l’Hérault, presque cinq fois plus peuplés. « Le pouvoir des territoires ruraux nous échappe, a-t-il insisté. Plus le centre de décision s’éloigne du centre d‘action, moins on a d’efficacité. »

La protection de l’enfance

Cette deuxième décision modificative est principalement consacrée aux investissements portant sur quatre opérations majeures concernant l’enfance et la jeunesse : la construction du collège du Larzac, à La Cavalerie (12 M€ pour une ouverture à la rentrée 2021) ; le relogement des services sociaux du département à Espalion (3 M€), la cité scolaire de Saint-Affrique (2,5 M€) et l’extension du foyer de l’enfance, au château de Florac (4 M€).

À ce propos, Jean-Claude Luche a précisé que le nombre d’enfants (1 236) ayant f ait l’objet de signalements auprès des services de la protection de l’enfance a augmenté de plus de 25 % en 5 ans. De la même façon, l’augmentation du nombre de mineurs étrangers isolés (56 avec 19 arrivées de plus depuis le début de l’année) devient, selon Jean-Claude Luche, préoccupante.

Joël Born
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir