Rodez

«Mercenaire» et Toki Pilioko seront ce soir à Cap'Cinéma Rodez

  • Toki Pilioko, ici au centre entouré du réalisateur Sacha Wolff (droite) et de l’acteur, Laurent Pakihivatau, un ex-rugbyman. Toki, lui, évolue toujours avec les Espoirs d’Aurillac et souhaite passer professionnel à la fin de cette saison. Histoire de connaître la même réussite sur le pré qu’au grand écran.
    Toki Pilioko, ici au centre entouré du réalisateur Sacha Wolff (droite) et de l’acteur, Laurent Pakihivatau, un ex-rugbyman. Toki, lui, évolue toujours avec les Espoirs d’Aurillac et souhaite passer professionnel à la fin de cette saison. Histoire de connaître la même réussite sur le pré qu’au grand écran. - AFP
S'abonner Mis à jour le -- partages

Rugby. En partenariat avec le Stade Rodez Aveyron, Cap’Cinéma diffuse pour la première fois «Mercenaire» en présence de l’acteur principal Toki Pilioko, ce soir à 19 h 30. Un retour aux sources pour ce dernier qui, avant de fouler le tapis rouge de Cannes, était étudiant à Rodez.

Il y a un an, on nous présentait Toki Pilioko dans les soirées étudiantes de Rodez. Ce jeune pilier, au physique (1,83m pour 120kg) et à la belle gueule de rugbyman - tatouages maoris en prime -, ne passait pas inaperçu dans les troquets du centre-ville. Et tout le monde se posait la même question : « Il joue où lui ? ».

Originaire de Wallis-et-Futuna, ce pilier jouait alors pour les Espoirs d’Aurillac, tout en suivant une formation au lycée Alexis-Monteil. La semaine, il s’entraînait donc avec les quinzistes ruthénois avant de retrouver ceux du Stade Aurillacois le week-end. Bref, tout le petit monde du rugby ruthénois connaissait Toki. Ne serait-ce que de vue.

Alors, quelle ne fut pas la surprise de tout ce monde quand, quelques mois plus tard, le jeune homme apparaissait au... cinéma ! En tant qu’acteur vedette du premier long-métrage de Sacha Wolff, « Mercenaire ». Un film retraçant l’histoire et les péripéties d’un jeune néo-calédonien, parti tenter sa chance en métropole pour devenir rugbyman professionnel. 

Des critiques unanimes

Une histoire proche de l’acteur, arrivé il y a quatre ans dans le Cantal. Mais surtout une histoire rapidement appréciée de tous. Et surtout des critiques. Car le jeu d’acteur du pilier n’a cessé de recevoir des louanges, du premier prix de la quinzaine des réalisateurs à Cannes à une nomination à Angoulême lors du festival du film francophone. En passant par de nombreux plateaux télés, avant la sortie du film en salles, le 5 octobre dernier. À Rodez, nombreux regrettaient de ne pas le voir à l’affiche de Cap’Cinéma. C’est désormais chose faite !

Grâce au Stade Rodez Aveyron qui, en tant que partenaire de la soirée, sera présent en nombre ce soir pour la première du film. Une première sous le regard de... Toki Pilioko, invité vedette. Le jeune homme ne devrait donc pas être perdu dans Rodez, son ancienne ville. Et la soirée promet de s’éterniser dans de longs échanges entre l’acteur et ses vieilles connaissances. Une bien belle opération.


 
Les licenciés du SRA, joueurs et dirigeants, peuvent acheter les places à la Maison du rugby, rue Vieussens, alors qu’un tarif préférentiel de 7,40€ sera appliqué le soir. 
Réagir