Combelles. Pourquoi Rodez Agglomération abandonne la gestion

  • À partir du 1er juillet 2017, la gestion du centre équestre de Combelles sera assurée par un opérateur privé ou un club hippique. Archives CP
    À partir du 1er juillet 2017, la gestion du centre équestre de Combelles sera assurée par un opérateur privé ou un club hippique. Archives CP Archives CP
Publié le

Courroucé par certaines critiques,le président de l’Agglo, Christian Teyssèdre,a expliqué le désengagement communautaire.

On pouvait se douter que les critiques conjuguées du député Yves Censi et du porte-parole de Rodez Citoyen, Matthieu Lebrun, concernant l’avenir du centre équestre de Combelles provoqueraient quelques vagues supplémentaires. La réaction n’a pas tardé. Passablement courroucé par les ruades de ses adversaires, le président de Rodez Agglomération Christian Teyssèdre a lui même pris les rênes pour sonner la charge de la réplique.

1M€ par an : «C’est en dehors de la raison»

L’élu ruthénois s’est longuement expliqué sur les raisons, principalement financières, qui ont conduit Rodez Agglomération à abandonner la gestion du centre équestre. En 2008, la contribution de l’Agglo était de 986 229 €, auxquels s’ajoutaient les frais d’entretien du site, « très importants », ainsi qu’une subvention de la ville de 15 000 €. « Le tout pour moins de 400 cavaliers. »

Pour Christian Teyssèdre, « ce n’est pas le rôle de l’Agglo de gérer une discipline sportive, de porter un centre équestre. » Le président de Rodez Agglomération affirme assumer pleinement ce choix. « Cela aurait dû être fait depuis 15 ans, assène-t-il. Un tiers des communes de l’Aveyron ont un budget de 250 000 € et nous on met 1M€ pour le centre équestre. C’est en dehors de la raison. Le centre équestre, c’est 20 M€ depuis 20 ans. C’est le prix du musée Soulages. » Et de préciser par la même occasion que « les dotations de l’État ont baissé de 46 % entre 2008 et 2017. »

Partenaire, mais pas gestionnaire

Le président de l’Agglo est catégorique : « Il faut faire en sorte que le cheval continue à Combelles et coûte moins cher au contribuable. » Le nouveau délégataire, club hippique ou partenaire privé, assurera la gestion du centre équestre, à partir du 1er juillet 2017. « Demain, on va arriver à un système géré par des professionnels. On sera partenaire, comme pour le golf, et non plus gestionnaire. C’est une question de rentabilité. » Et quand on évoque les situations d’autres clubs subventionnés par la collectivité, Christian Teyssèdre rétorque : « Le rugby et le football, c’est 100 000 € chacun par an pour des sports populaires et 500 ou 600 licenciés. »

Le libéral et le citoyen

Le président de l’Agglo a bien évidemment saisi l’opportunité pour renvoyer ses contradicteurs, Yves Censi et Matthieu Lebrun, dans les cordes : « Le député Censi que l’on n’a pas vu depuis un an et demi, qui n’est jamais en commission, vient me donner des leçons. C’est indécent. Il est libéral, il dit que c’est à l’utilisateur de payer et il soutient le contraire en voulant faire payer le contribuable... Le deuxième défend les citoyens. Qu’il organise une consultation et qu’il demande aux citoyens s’ils veulent mettre 1M€ pour le cheval...»

Joël Born
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?