Marine Haupais : «Rodez a toujours une place dans mon cœur»

  • Marine Haupais occupait jusqu’à la saison dernière une place majeure dans l’effectif sang et or. Ce qui confère à ce match un goût vraiment spécial pour elle. Archives JLB
    Marine Haupais occupait jusqu’à la saison dernière une place majeure dans l’effectif sang et or. Ce qui confère à ce match un goût vraiment spécial pour elle. Archives JLB Archives JLB
Publié le , mis à jour

Samedi, coup d‘envoi à 15 heures, les Ruthénoises vont croiser une adversaire un peu à part à Montpellier. Leur ancienne capitaine partie cet été pour un contrat professionnel au MHSC, Marine Haupais.

Samedi, coup d‘envoi à 15 heures, les Ruthénoises vont croiser une adversaire un peu à part à Montpellier. Leur ancienne capitaine partie cet été pour un contrat professionnel au MHSC, Marine Haupais. Une rencontre forcément « spéciale » pour l’ancienne taulière des Rafettes

On imagine que ce MHSC - Raf, vous l’aviez coché sur le calendrier...

Oui, évidemment. ça fait bizarre. J’ai hâte de jouer ce match. Je suis contente de retrouver mes anciennes coéquipières et le staff. ça reste un match spécial. Rodez a toujours une place dans mon cœur... Mais je veux absolument gagner. On ne peut pas laisser de points.

Vous qui avez été pendant quatre saisons du côté du « petit Raf » qui affronte le « gros Montpellier », votre coach ne vous a-t-il pas questionné sur les secrets de l’équipe ruthénoise ?

Non, pas du tout. On ne m’a posé aucune question concernant le Raf. On est concentré sur nous, notre travail. J’ai une grande confiance en notre groupe. Tout le monde sait que c’est un match particulier pour moi, mais on ne s’en fait pas une montagne.

Comment s’est passée votre adaptation à votre nouveau club ?

Très bien. Le mois d’août a été intense car j’ai dû m’adapter à un nouveau rythme de vie. Il a fallu que je me fasse à cela, aux nouvelles exigences, à un nouveau groupe. J’ai d’ailleurs été très bien accueillie par les filles. Mais les conditions sont de toute façon très bonnes. Et c’est plus facile de s’adapter en venant du monde amateur vers le monde pro que l’inverse.

Sportivement, vous avez connu un bon début avec quatre titularisations en charnière centrale lors des quatre premiers matches de D1 de la saison...

Oui, le début sportif est correct. J’ai profité de la blessure de Linda (Sembrant, NDLR) pour m’imposer. J’ai pu montrer mes qualités, prendre des repères sur quelques matches et marquer mon premier but. Je suis rentrée tôt dans le match face au PSG alors qu’on perdait 1-0. Ça montre aussi une certaine confiance du coach (Jean-Louis Saez, NDLR).

Dans son esprit, même si rien n’est jamais figé dans le foot, vous êtes donc la numéro trois au poste de défenseur central derrière Laura Agard (ex-Raf aussi) et Linda Sembrant ?

C’est cela. A moi de faire mes preuves, de répondre présente quand le coach à besoin de moi. Le challenge est ambitieux. Mais si j’ai décidé de le tenter, c’est que je le pense possible.

Si vous ne deviez pas débuter aujourd’hui, on imagine votre déception...

A chaque fois que je ne suis pas sur le terrain, c’est décevant pour moi. Et je fais donc tout pour être sur le terrain. C’est sûr aussi que j’ai envie de montrer contre le Raf que je ne suis pas partie pour rien. Même si je suis de tout cœur avec le Raf, que je reste proche de l’équipe, je fais la part des choses. Je porte les couleurs de Montpellier.

Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?