Loup. «On ne peut pas le laisser sur le causse»

  • Pour les agriculteurs de la FDSEA et des JA, la possible implantation en Aveyron, notamment sur l’Aubrac et le Larzac, représente selon eux une «réelle menace».
    Pour les agriculteurs de la FDSEA et des JA, la possible implantation en Aveyron, notamment sur l’Aubrac et le Larzac, représente selon eux une «réelle menace». PR
Publié le , mis à jour

Une conférence sur le loup, organisé par ses défenseurs, succédant à une série d’attaques de troupeaux de brebis sur le Larzac, pour lesquelles le loup est fortement soupçonné, cela fait beaucoup pour les agriculteurs de la FDSEA et des JA. Après une intervention un peu agitée samedi soir, trois d’entre eux ont tenu une conférence de presse, lundi, pour rappeler les enjeux que cela représente, qui plus est dans le canton le plus moutonnier de France. Inutile de préciser qu’ils ne trouvent aucune grâce au loup. Sa possible implantation en Aveyron, notamment sur l’Aubrac et le Larzac, représente selon eux une «réelle menace» pour toute l’économie. « On ne peut pas laisser le loup se balader sur le causse » concluent les représentants des agriculteurs.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?