L’art contemporain à travers le regard de 50 artistes

  • À plus de 90 ans, Jacques Villeglé a toujours l’esprit vif. Jeune homme, il fut l’un des premiers à créer des tableaux avec des morceaux d’affiches qu’il arrachait sur les murs de Paris. « Un artiste, c’est quelqu’un qui cherche toujours quelque chose de nouveau », assure -t-il.
    À plus de 90 ans, Jacques Villeglé a toujours l’esprit vif. Jeune homme, il fut l’un des premiers à créer des tableaux avec des morceaux d’affiches qu’il arrachait sur les murs de Paris. « Un artiste, c’est quelqu’un qui cherche toujours quelque chose de nouveau », assure -t-il. José A. Torres
Publié le , mis à jour

La nouvelle exposition du musée Soulages a ouvert samedi au public ; elle présente le travail de 50 artistes contemporains, de 1948 à nos jours.

À plus de 90 ans, Jacques Villeglé a toujours l’esprit vif. Et c’est avec un plaisir communicatif qu’il parle de son art. De sa jeunesse, lorsqu’il fut l’un des premiers, après-guerre, à composer des tableaux avec des morceaux d‘affiches qu’il arrachait sur les murs de Paris, dont ceux des ateliers de Renault. Et c’est justement l’une des créations de ce fringant nonagénaire, « Boulevard de la Villette », datée de 1971, qui illustre la nouvelle exposition du musée Soulages.

Cette exposition pluridisciplinaire, proposée par la conservatrice adjointe du musée Soulages, Aurore Méchain, aborde, de façon très ouverte, la thématique du temps, à travers le regard, de 1948 à nos jours, de 50 artistes.

Diversité artistique

Certains connus, d’autres moins connus. Des œuvres, pour certaines imposantes, d’autres plus modestes, provenant de différents fonds régionaux d’art contemporain, de galeries et collections privées. Une diversité artistique, une pluralité de formes, une floraison d’expressions individuelles, ainsi que le résumera l’élu de Rodez agglomération, en charge de la culture,Jean-Michel Cosson. « Une exposition dans l’esprit de ce que veut Soulages », a insisté le conservateur Benoît Decron, rappelant qu’un musée se doit d‘être, avant tout, « le théâtre du regard, de la connaissance. » « Même si le temps s’accélère de plus en plus, nous sommes toujours en prise avec les mêmes interrogations », a souligné la commissaire Aurore Méchain, qui a conçu cette exposition comme une « balade esthétique autour de l’art contemporain. » En offrant au public « la possibilité, non pas de trouver des réponses, mais de se poser des questions ». Nul doute qu’en découvrant certaines des œuvres exposées, les visiteurs n’ont pas fini de s’en poser.

joël born
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

330 €

Ce studio situé dans une résidence sécurisée vous propose: Une pièce équipé[...]

330 €

Ce studio,idéal pour étudiant vous propose: Une entrée avec placard Une piè[...]

295 €

A louer studio de 18.90 m2, proche IUT et lycée Monteil Entrée, pièce princ[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?