Attaques de brebis : la Confédération paysanne écrit aux parlementaires

  • Attaques de brebis : la Confédération paysanne écrit aux parlementaires
    Attaques de brebis : la Confédération paysanne écrit aux parlementaires Archives Centre Presse Aveyron / Archives Centre Presse Aveyron
Publié le / Mis à jour le S'abonner

"La Confédération paysanne de l’Aveyron, ainsi que d’autres Confédérations paysannes départementales, ont envoyé un courrier aux députés Arnaud Viala, Yves Censi et Marie-Lou Marcel ainsi qu’au sénateur Alain Marc pour que ce sujet soit mis à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, du Sénat et du Parlement européen".

Dans un communiqué de presse, les représentants de la Conf’font donc savoir qu’ils se mobilisent également de leur coté pour lutter contre les dégâts causés sur les troupeaux. "Une réponse urgente, à la hauteur de leur détresse, est nécessaire" écrivent-ils. "En 2015, 2 437 attaques et 8 941 victimes ont été reconnues sur 24 départements. 1 100 éleveurs ont été concernés par des attaques indemnisées. Les chiffres seront encore plus alarmants pour 2016, avec trois nouveaux départements. Concernant l’Aveyron, dont le sud ne vit que de et par la brebis, nous entrons dans l’œil du cyclone après nos voisins lozériens."

Pour la Confédération paysanne, "les prélèvements de loups doivent s’effectuer en fonction des dégâts aux troupeaux et non dans un cadre de gestion de l’espèce contraint par la directive “Habitat” et la convention de Berne."

Et d’étayer son propos par des chiffres : "Entre 2012 et 2015, 281 éleveurs ont subi des dégâts insoutenables (14 182 victimes) malgré les moyens de protection mis en place. Parmi eux, 167 éleveurs ont subi jusqu’à 5 attaques par an, 62 éleveurs de 5 à 10 attaques par an, 35 éleveurs de 10 à 20 attaques par an, et 17 éleveurs plus de 20 attaques par an. Comment imaginer l’avenir dans de telles conditions ?"

Et de conclure le courrier ainsi : "Face à cet état d’urgence, nous vous demandons de porter ce sujet à l’Assemblée nationale dans les plus brefs délais. La République doit entendre la détresse et trouver les solutions immédiates et non à terme."

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir