Football, Raf. Les Bouches-du-Rhône, gazon maudit de Rodez ?

  • Victoire à Marseille, face à la réserve de l’OM (2-1), ou défaite - la seule en CFA - à Martigues (3-2) : pour le Raf, cette saison, les Bouches-du-Rhône c’est tout ou rien.
    Victoire à Marseille, face à la réserve de l’OM (2-1), ou défaite - la seule en CFA - à Martigues (3-2) : pour le Raf, cette saison, les Bouches-du-Rhône c’est tout ou rien. archives Jean-Louis Bories / Centre Presse Aveyron
Publié le

Cette saison, le Raf ne s’est incliné qu’à deux reprises. À chaque fois dans la région marseillaise, où l’attend Marignane ce vendredi soir (19 heures), pour l’avant-dernière rencontre avant la trêve.

Avec le Rodez Aveyron football, leader intraitable, le négatif n’est pour l’heure que dans certaines statistiques. Son historique était par exemple catastrophique à Istres et Martigues ? Il y a concédé ses deux uniques revers de la saison, le premier en Coupe de France (1-0), l’autre en CFA (3-2). Coïncidence ou non, les deux villes se situent dans la même zone géographique, les Bouches-du-Rhône.

Un département où Laurent Peyrelade et ses hommes remettent les pieds ce vendredi soir (19 heures), avec un match avancé de la 14e journée face à Marignane. Le raccourci avec un traquenard attendu est donc tentant malgré la série lumineuse d’un Raf surfant sur une vague de cinq succès. D’autant plus que, pour ne rien arranger, historiquement la pelouse du stade Saint-Exupéry rime toujours ou presque avec gazon maudit pour les sang et or. Depuis 1969, et six déplacements, ils ne s’y sont imposés qu’à... une reprise, en 2012 (2-0), pour trois défaites et deux nuls lors des deux dernières visites.

L’OM II, le contre-exemple

Mais cette saison, malgré les deux précédents à Istres et Martigues, Da Silva et ses partenaires prennent un malin plaisir à faire mentir les statistiques. Samedi dernier, premier match après l’élimination en Coupe, ils avaient ainsi 80 % de chances de ne pas s’imposer. Ils ont balayé Montpellier II, 4-0. Autre exemple avec les réserves professionnelles, devenues de véritables bêtes noires depuis plusieurs années.

Bilan, lors de la campagne en cours, les Ruthénois en ont battu trois pour un seul nul (1-1 face à Nice II). D’ailleurs, l’un des succès face aux seconds d’un club pro a été acquis à... Marseille (2-1). Dans les Bouches-du-Rhône, le 13, un chiffre qui ne demande qu’à porter bonheur.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?