Faits divers

Hôpital des Peyrières d'Olemps : cinq personnes électrisées dans l'ascenseur

  • Les ambulanciers sont obligés de porter les patients à travers les étages. Depuis quelques jours, les ascenseurs ont été condamnés par des panneaux de bois.
    Les ambulanciers sont obligés de porter les patients à travers les étages. Depuis quelques jours, les ascenseurs ont été condamnés par des panneaux de bois. José A. Torres / Centre Presse Aveyron / José A. Torres / Centre Presse Aveyron
Publié le / Modifié le S'abonner

L’établissement hospitalier d’Olemps qui accueille 175 patients connaît depuis plusieurs jours de graves problèmes d’ascenseur. Cinq personnes ont été électrisées.

La scène fait désormais partie du quotidien des résidants et du personnel des Peyrières. À bout de bras, des ambulanciers portent un vieil homme sur sa chaise et gravissent, marche après marche, les étages jusqu’à sa chambre. Dans les escaliers, le va-et-vient des blouses blanches est incessant : avec des plateaux sous le bras, des sacs poubelles, des feuilles de soins, etc.

Depuis plusieurs jours maintenant, tous les ascenseurs de l’établissement ont été condamnés par des panneaux de bois. En effet, quatre incidents ont été relevés et cinq personnes ont été blessées : trois ambulanciers et deux salariés des Peyrières se sont électrisés après avoir été contact avec l’ascenseur. L’une des victimes a d’ailleurs été hospitalisée.

"Ici, c’est plus que le principe de précaution que nous avons appliqué", explique Frédéric Bonnet, directeur de l’établissement, "puisque nous avons choisi de fermer tous les ascenseurs alors que les dysfonctionnements n’avaient été constatés que sur une partie d’entre eux."

Pour l’heure, la cause de ces incidents reste inconnue. "Nous avons fait venir beaucoup de techniciens qui n’ont jamais trouvé l’origine", déplore Frédéric Bonnet. Et impossible pour le directeur de l’établissement de donner une date de réouverture des ascenseurs. Par ailleurs, ces incidents ont entraîné la fermeture du troisième étage de l’établissement. Les vingt lits de l’unité de soins de suite et de réadaptation (SSR) sont ainsi descendus d’un niveau pour faciliter le travail du personnel soignant. Cette semaine, une autre unité de SSR sera transférée sur le site de l’hôpital de Bourran.

Face à cette surcharge de travail pour le personnel des Peyrières, Frédéric Bonnet assure que les soignants affectés à ces unités déplacées prêteront main-forte au reste de l’établissement. Reste la question du transport des objets lourds (linges, déchets) qui reste en suspend. Au total, l’établissement des Peyrières accueille 175 patients en longs et moyens séjours, et en maison de retraite. Pour couper court à la rumeur, le directeur de l’établissement assure : "Tous les contrôles ont été effectués sur les ascenseurs et l’entretien a été fait régulièrement. Il ne s’agit absolument pas d’un problème de vétusté."

Philippe Henry
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir