La maternité de Decazeville fermée pour six mois de plus

  • La maternité de Decazeville. La défense de son activité a donné lieu à de nombreuses mobilisations ces derniers jours.
    La maternité de Decazeville. La défense de son activité a donné lieu à de nombreuses mobilisations ces derniers jours. Philippe BOSCUS
Publié le

L'ARS vient de prolonger de six mois la suspension des accouchements à la maternité de Decazeville, "en raison de risques graves"

Le décès tragique d'une mère et son enfant lors d'un accouchement dans la nuit du 5 au 6 octobre dernier avait conduit l'Agence régionale de santé Occitanie à suspendre à titre conservatoire et pour trois mois l'activité d'obstétrique de la maternité de Decazeville. L'ARS a décidé aujourd'hui de prolonger cette suspension parielle de l'activité obstétricale pendant une période de six mois supplémentaires "pour éviter qu'un tel drame ne se reproduise"

L'ARS précise également que pendant cette période de suspension, les futures mamans continueront à être suivies par les équipes du Centre Hospitalier de Decazeville, avant et après leur accouchement. "La prise en charge de ces accouchements sera assurée par les établissements hospitaliers les plus proches (Rodez, Villefranche-de-Rouergue et Aurillac)", indique l'Agence qui se veut  "particulièrement vigilante sur les conditions de prise en charge de ces patientes, et notamment sur la surveillance de leur grossesse en amont de leur accouchement".

Dysfonctionnements

Rappelons qu'après le drame d'octobre, une inspection avait imméditement été diligentée par l'ARS pour en comprendre les circonstances et vérifier les conditions de sécurité. Cette inspection a conclu à "l'existence de dysfonctionnements dans l'organisation des soins" et au "non-respect d'exigences réglementaires". Lesquelles "engendrent des risques graves pour la sécurité des activités obstétricales". Ce rapport a été communiqué le 7 décembre au directeur de l'hôpital de Decazeville ainsi qu'au procureur de la République. 

Avis défavorable, six mois pour revoir la sécurité

C'est le 15 décembre que l'ARS a réuni la Commission spécialisée de l'offre de soins (CSOS), indépendante de l'Agence : cette instance a exprimé  à une large majorité un avis défavorable à une reprise des activités d'obstétrique à la maternité de Decazeville, "dans les conditions actuelles de prise en charge"

Cette suspension d'activités, durant les six prochains mois,  "devra être mise à profit par le centre hospitalier pour réunir l'ensemble des conditions de qualité et de sécurité nécessaires à une reprise d'activités", souligne l'ARS qui souhaite "que cette démarche s'inscrive dans le cadre du projet médical partagé de territoire élaboré avec l'ensemble des hôpitaux du Nord-Aveyron"

Réactions et commentaires, demain dans Centre Presse

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?