Un pan de l’histoire rouergate en deuil avec le décès de Robert Taussat

  • Robert Taussat s’est éteint vendredi. Il avait 96 ans. Ses obsèques seront célébrées ce mardi 3 janvier à 15 heures, à la cathédrale de Rodez.
    Robert Taussat s’est éteint vendredi. Il avait 96 ans. Ses obsèques seront célébrées ce mardi 3 janvier à 15 heures, à la cathédrale de Rodez.
Publié le

L’historien et écrivain né en Gironde mais aux racines aveyronnaises, s’est éteint à l’âge de 96 ans.

C’est l’un des Grands Hommes de l’Aveyron qui vient de disparaître pendant ces fêtes comme un mauvais conte de Noël qu’aurait écrit Charles Dickens.

De Talence (agglomération de Bordeaux) où Robert Taussat naquit le 24 juin 1920, il aura gardé le chic anglais et la discrétion de la bourgeoisie Girondine. Pour (tout) le reste, l’homme avait son cœur accroché au Rouergue et aux Aveyronnais. Enseignant l’histoire et les lettres jusqu’à l’aube des années 50 puis exerçant à la Caisse d’allocations familiales pendant trente ans, c’est à la retraite avec le titre de directeur honoraire acquis en 1980, qu’il revient à ses premières amours : l’histoire et l’écriture.

Il devient alors président de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron en 1984 et le restera pendant 20 ans. L’amoureux des gens - chroniqueur chez nos confrères de Midi Libre - a écrit une quinzaine d’ouvrages, tant des biographies que des romans et des récits.

L’homme aux multiples décorations reçut notamment le prix Eugène Carrière de l’Académie française en 1993 et fut président de l’association nationale des membres de l’Ordre national du Mérite de la section de l’Aveyron.

Un mérite bien légitime au regard de ses écrits sur l’Aveyron et le piton Ruthénois à travers ses ouvrages sur la cathédrale, les noms des rues ou encore des maires.

« Un petit pays » comme il se plaisait à dire de notre région qu’il a rendu grand par son talent de la narration. Du Verbe.« D’une écriture fine », comme le confiait un ancien journaliste de Midi Libre l’ayant côtoyé. Robert Taussat était aussi le doyen de la Société Jules-Verne dont il fut président d’honneur, écrivant de nombreux articles pour rendre hommage à l’auteur du « Tour du monde en 80 jours » et du « Voyage au centre de la Terre ». Il voyait en Jules-Verne « bien plus qu’un écrivain, fédérant un lectorat des plus jeunes aux plus âgés comme moi ».

Lui aussi finalement, à son échelle Rouergate, laisse plus qu’une trace d’écrivain et d’historien mais de citoyen ayant foi en l’Homme et à son pouvoir d’imagination.

Une page se tourne en cette nouvelle année, à l’inverse d’une de ses chroniques dénommée « Pages oubliées » qu’il sera bien difficile d’effacer de nos mémoires d’Aveyronnais et d’aventuriers de l’humanité.

O.C.
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

335 €

Ce studio vous propose: Une entrée Un séjour avec coin kitchenette (2 plaqu[...]

81000 €

Rodez Type 2 avec belle vue, exposition Sud d'une surface d'env 46 m2. Chau[...]

295 €

A louer studio de 18.90 m2, proche IUT et lycée Monteil Entrée, pièce princ[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?