Fabrice Landes (Decazeville) : «Je n’arrive toujours pas à me l’expliquer»

  • Fabrice Landes (avec le ballon) et Eric Viarouge, les entraîneurs du SCD, ont assisté impuissants ou presque à la déroute des leurs dimanche.
    Fabrice Landes (avec le ballon) et Eric Viarouge, les entraîneurs du SCD, ont assisté impuissants ou presque à la déroute des leurs dimanche.
Publié le , mis à jour

Rugby à XV. Encore groggy par la déroute des siens à LSA dimanche (29-8), l’entraîneur des arrières de Decazeville Fabrice Landes est revenu sur ce non-match.

Encore groggy par la déroute des siens à LSA dimanche (29-8), l’entraîneur des arrières de Decazeville Fabrice Landes est revenu sur ce non-match. Alors qu’il « n’avait toujours pas digéré », il s’est « contenu », dit-il. Mais les griefs sont bien là.

A froid, comment expliquez-vous ce non-match de la part de votre équipe ?

Je n’arrive toujours pas à me l’expliquer. Mettre aussi peu d’engagement, ne pas avoir la moindre réaction... Il n’y a pas eu un gars capable de prendre les choses en mains. Même si deux ou trois gars étaient présents, après, tous les autres sont passés au travers. Et ça, j’ai beaucoup de mal à le digérer. Ce qui n’enlève malgré tout rien à la performance de LSA qui mérite amplement ce succès.

Cela vous inquiète-t-il pour la suite de la saison ou la thèse de l’accident doit être privilégiée ?

Je ne sais pas... En tout cas, je m’inquiète pour la suite au niveau comportement. On peut se trouver toutes les excuses du monde, que le groupe est jeune... Sauf que ce ne sont pas eux qui, dans le comportement, ont été les plus mauvais, loin de là. Ce qui est sûr, c’est qu’il nous manque un leader, notamment devant.

Avant le match dimanche, vous comme votre président évoquiez une qualification pour les phases finales envolée en cas de défaite. Est-ce toujours le cas ?

Je n’y pense même plus ! Par contre, je regarde vers en bas et le maintien. Car vu notre prestation et le calendrier, on va être à la lutte pour rester en Fédérale 2. Mais si on assure quelques matches, on devrait pouvoir vivre une fin de saison éloignée du stress.

Craignez-vous que vos hommes soient déjà démobilisés à l’idée de ne plus pouvoir jouer les phases finales ?

S’ils ne sont pas capables de se prendre en mains, ça va être très compliqué. On sait les joueurs avec qui on n’a pas peur. Mais certains gars doivent arrêter de se regarder le nombril et doivent enfin jouer pour le collectif. Enfin, m... Porter les couleurs de Decazeville, ça représente quelque chose quand même !

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?