Soulages-Bonneval

« La fleur de sel », nouvelle adresse gourmande au Domaine de Mezeyrac

  • Nadège et Laurent ont repris le domaine de Mezeyrac, ouvert dès maintenant, sept jours sur sept !
    Nadège et Laurent ont repris le domaine de Mezeyrac, ouvert dès maintenant, sept jours sur sept !
Publié le / Modifié le S'abonner

Laurent Michel devrait (très) vite se faire un nom en Aveyron. Arrivé en toute discrétion, au cœur de l’hiver avec sa compagne Nadège, le couple vient de reprendre le Domaine de Mezeyrac. Des chambres ont été aménagées ainsi que le hall d’entrée (permettant de passer rapidement à la gamme quatre étoiles) et surtout l’espace gourmand. Ce dernier a déjà trouvé son nom : « La fleur de sel ». Et il n’en manque pas.

Marbré de foie gras parfumé aux trois alcools, dos de St-Pierre cuit à la fleur de sel bien sûr, sur un lit de poireaux, moelleux de chocolat au cœur fondant, etc. la Saint-Valentin a rimé avec festin pour être fêtée dignement. Tout est évidemment frais et fait maison. Le jeune chef, originaire de Corse, déclare avoir eu « un coup de foudre » pour le lieu. Il faut dire aussi que Laurent Michel est souvent venu en vacances pendant son enfance en Aveyron. Réalisant son rêve d’enfant justement, il compte bien réaliser le suivant : décrocher une étoile avec sa table de Soulages-Bonneval. « C’est mon objectif ».


Auparavant, il a décroché le baccalauréat technologique nouveau hôtelier (BTNH) à Nice, le BTS à Marseille, puis Laurent Michel a exercé à l’hôtel Majestic de Cannes, La crèche provençale à Hyères et La fleur de sel (déjà !) à Pinarello en Corse. Délaissant la mer pour la montagne, il n’oublie pas le plaisir de cuisiner aussi le poisson. Curieux et exigeant, Laurent allie tradition et contemporain à l’image de ses plats et du cachet donné aux suites rénovées.

« Il faut que tout soit en harmonie », confie ce passionné. Et l’harmonie, avec le sens de l’accueil et le goût de l’esthétique ajouté par Nadège, est ici juste et parfaite ! Les premiers clients sont ravis. D’autant que le Domaine de Mezeyrac est ouvert sept jours sur sept. « On veut mettre un esprit », conclut-il. Celui de l’art du bien vivre que ne renieraient ni Rabelais ni Epicure.


www.hotel-laguiole.com

Centre Presse / Olivier Courtil
Réagir