José Bové : «Ne pas articuler un programme politique autour de l’écologie, c’est croire que l’on vit encore au XXe»

  • José Bové : «Ne pas articuler un programme politique autour de l’écologie, c’est croire que l’on vit encore au XXe»
    José Bové : «Ne pas articuler un programme politique autour de l’écologie, c’est croire que l’on vit encore au XXe»
Publié le , mis à jour

Il était du déplacement d’Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, dans le Sud Aveyron, samedi. Dans La Dépêche du Midi, José Bové, député européen écologiste, commente les sujets d’actualité et comme à son habitude, il ne mâche pas ses mots. Morceaux choisis.

Sur le ralliement de François de Rugy, qui fut candidat écologiste à la primaire de la gauche, à Emmanuel Macron : « Je pense que la démarche de de Rugy est très personnelle et n’engage que lui. Il ne représente que lui-même. Il n’a pas été fair-play et les gens en tireront les enseignements. C’est un cas individuel qui n’a pas grand intérêt ».

Sur l’accord scellé entre Benoît Hamon (PS) et Yannick Jadot (EELV) : « Le fait qu’il y ait un accord pour dire que l’on arrête Notre-Dame-des-Landes, Bure (centre d’enfouissement des déchets nucléaires), ou la liaison ferroviaire Lyon-Turin, qui est une espèce de folie, est très important et redonne du sens à l’engagement ; c’est ce que les gens attendent. »

Sur a position de Jean-Luc Mélenchon et son éventuel rapprochement avec Benoît Hamon : « J‘ai le sentiment que Mélenchon reste bloqué sur son ego. Il dit « Moi, je veux bien discuter avec tout le monde si vous venez derrière moi », mais ça n’a aucun sens ! Je n’ai pas l’impression que lorsqu’il parle d’unité, ce soit avec une très grande sincérité. Je crois même que c’est l’inverse. C’est l’ego qui prend le dessus et à un moment, ras-le-bol. »

Sur la place de l’écologie dans la campagne présidentielle : « Ce que je ne comprends toujours pas, c’est que dans la vie politique, les gens ne se rendent pas compte que la question de l’écologie est centrale pour l’avenir de la planète (...) Aujourd’hui, ne pas articuler un programme politique autour de l’écologie, c’est juste croire que l’on vit encore au XXe siècle et pas au XXIe. »

Sur le Salon de l’agriculture, qui s’est ouvert samedi : « Cela fait très longtemps que je dénonce le modèle agricole que l’on y montre. C’est la vitrine de l’agriculture productiviste, celle qui tue les paysans ».

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?