Tatouage : l’organisateur du Cantal Ink demande des excuses à M6

  • Tatouage : l’organisateur du Cantal Ink demande des excuses à M6
    Tatouage : l’organisateur du Cantal Ink demande des excuses à M6
Publié le , mis à jour

Bien connu des Aveyronnais, le festival de tatouage Cantal Ink organisé à Chaudes-Aigues depuis des années contribue à démocratiser la pratique auprès du grand public. En pleine organisation de la cinquième édition prévue les 1er et 2 juillet 2017, l’organisateur ne décolère pas. Dans le collimateur du tatoueur Stéphane Chaudesaigues (ça ne s’invente pas) un reportage diffusé sur M6, dimanche 5 mars, dans l’émission Zone Interdite. Du Japon chez la Yakuza (membres du « syndicat du crime » japonais) à Nabilla, le choix éditorial des journalistes ne passe pas.

« C’est une vision caricaturée de notre univers », explique le professionnel du tatouage dans le quotidien La Montagne. « On nous montre des gangs du Japon ou des États-Unis. Les gens ont mis près de 30 ans à accepter l’idée que le tatouage n’est pas lié au monde carcéral. » Très remonté, l’organisateur demande aujourd’hui des excuses aux journalistes de M6. Il vient aussi de lancer une pétition exigeant de Zone Interdite « un documentaire sur le vrai monde du tatouage. »

« Recycler encore et toujours les clichés apparentant tatouage et criminalité, en allant chercher des exemples au Japon et aux USA, relève encore d’une volonté populiste de discréditer une pratique qui, pourtant, s’étend à toutes les couches et catégories de la société : pourquoi ? » peut-on lire dans le texte qui accompagne la pétition déjà signée par plus de 3600 personnes.

« Nous demandons à à M6 de faire un vrai documentaire sur le tatouage et ses implications dans la société actuelle : les styles, le manque de statut, la transmission du savoir, les femmes dans le tatouage tant en tatouées qu’en tatoueuses, l’histoire du tatouage français, comme un droit de réponse. Mais également présenter leurs excuses face à cette caricature de notre communauté qui a effacé en 2h plus de 30 années d’évolution et de démocratisation », conclut Stéphane Chaudesaigues

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?