Un plateau d’exception en piste pour le 22e rallye Terre des Causses

  • Cinq spéciales, à couvrir deux fois chacune, sont  au menu.
    Cinq spéciales, à couvrir deux fois chacune, sont au menu.
Publié le , mis à jour

Avec 10 WRC, 7 R5, 22 équipages en 208 Rally Cup et 17 engagés dans le Trophée des manufacturiers, sans oublier une grosse vingtaine de Mitsubishi et autres Subaru, la 22e édition de l’épreuve aveyronnaise s’annonce comme un des points forts de la saison. Cette année, Michel Théron, secrétaire de l’écurie Uxello et fondateurs de cet événement, et ses troupes ont tout simplement reconduit, du parcours en passant par le timing, la formule qui avait donné entière satisfaction en 2016.

Samedi matin, après un départ du Parc de Capèle de Capdenac, les concurrents se dirigeront vers les spéciales rapides des Causses avant de retrouver les parcs d’assistance et de regroupement de Villeneuve-d’Aveyron. L’arrivée finale sera jugée, quant à elle, dimanche après-midi à Capdenac, toujours au Parc de Capèle. Un Michel Théron qui déclare : « À ce jour, j’ai tout pour être un organisateur heureux. Tout se prépare sans encombre, le plateau répond encore présent, il reste à souhaiter que la météo soit au rendez-vous et que tout le monde passe un bon moment dans notre si beau territoire ». Le décor est planté.

Difficile de savoir qui sera le premier vainqueur d’une saison 2017 qui s’annonce, d’ores et déjà, passionnante. En effet, si l’octuple hampion de France Jean-Marie Cuoq visera un 9e titre, il sera confronté à une kyrielle de prétendants, tous plus motivés les uns que les autres pour détrôner l’Ardéchois et sa Citroën C4 WRC.

À commencer par un adversaire redouté et redoutable, Julien Maurin, le double champion de France asphalte qui n’aura d’autre objectif cette saison, que de conquérir le titre. Au volant d’une DS 3 WRC, le Marseillais aura largement les armes pour rivaliser avec « l’Ogre de l’Ardèche ».

Pour arbitrer cette bataille, ils seront nombreux. à commencer par Lionel Baud (Ford Focus WRC), Thibault Durbec (DS 3 WRC) ou Cyrille Féraud (Citroën C4 WRC). Mais les places d’honneur pourraient également être prises par la meute de R5 engagées sur cette épreuve. À commencer par Quentin Gilbert, pilote en WRC-2 l’an passé et sur le dernier rallye Monte-Carlo qui étrennera sa Skoda Fabia R5, tout comme Jordan Berfa, présent au volant d’une inédite Hyundai i20 R5 toute la saison.

Les deux hommes devraient se retrouver aux avant-postes. Animateur du championnat depuis de nombreuses années au volant d’une Mitsubishi, Jean-Marc Falco tentera l’expérience en R5. Il faudra également compter sur Richard Frau (Ford Fiesta R5), Xevi Pons (Peugeot 208 T16) et Jean-Eric Petit (Ford Fiesta R5). Alors que le vice-champion 2016 Arnaud Mordacq (Mitsubishi Evo 9) visera un nouveau titre en groupe N.

Qui sera le successeur de William Wagner dans le championnat deux roues motrices ? Quentin Ribaud (Peugeot 208 R2) et Rémi Jouines (Peugeot 207 RC R3) auront la faveur des pronostics pour succéder au champion sortant William Wagner. Mais attention, Thierry Colney (DS 3 R3), Jean-Pierre Vital (Citroën Saxo F213) ou encore Cédric Ginier (Peugeot 206 RC A7) pourraient tirer leurs épingles du jeu.

Enfin, avec 22 équipages engagés lors de la première manche de la 208 Rallye Cup, la formule de promotion du Lion devrait également assurer le spectacle avec en têtes d’affiche Laurent Pellier, Guillaume De Mevius, Efren Llarena, Patrick Magnou encore Quentin Ribaud sans oublier l’Aveyronnais de service François-Xavier Blanc qui tentera quant à lui de rivaliser avec ces jeunes aux dents longues.

Mais le Terre des Causses à Capdenac et à Villeneuve, c’est également les quasi anonymes qui se battront pour tenter d’arracher un podium de groupe ou de classe et contribueront à faire de cette 22e édition, une édition qui s’annonce d’ores et déjà royale.

Centre Presse / CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?