Un artisan bozoulais écope de quatre mois de prison pour des menaces de mort réitérées

  • Un artisan bozoulais écope de quatre mois de prison pour des menaces de mort réitérées
    Un artisan bozoulais écope de quatre mois de prison pour des menaces de mort réitérées
Publié le

Les faits remontent aux 4 et 12 avril à Bozouls. Le 4, plusieurs témoins affirment avoir entendu le prévenu tenir des propos tels que « je vais te crever », « de toute façon tu es morte, je n’ai plus rien à perdre » puis, le 12 avril, devant sa mère et ses enfants : « Je vais lui faire sauter la tête et la mienne ensuite ». C’est les démarches entamées par sa femme pour divorcer qui l’aurait, ce jour-là, fait sortir de ses gonds. Des faits « relativement simples » pour le président Goumont, d’autant que « plusieurs procédures ont eu lieu pour des faits identiques » à l’encontre de cet artisan de 50 ans.

Le 3 mars, ce dernier avait été condamné à un mois de prison (il y passera trois semaines) pour des faits de violence sur conjoint et violence avec arme, en l’occurrence un fusil avec lequel il a tiré en l’air le 28 février. Il avait aussi écopé d’une obligation d’éloignement et d’une obligation de soin vis-à-vis de sa dépendance à l’alcool.

Jeudi, le prévenu a affirmé à la barre ne pas se souvenir d’avoir proféré ces menaces et « ne pas vouloir de mal » à sa femme. Pour l’avocate de son épouse, elle est devenue à cause de son mari une « créature craintive et terrifiée », ne demandant aucun dédommagement mais simplement que son « calvaire cesse ». Arguant du fait que le tribunal avait « déjà essayé de faire confiance au prévenu » sans succès par le passé, la procureur a demandé à son encontre une peine de 4 mois de prison avec mandat de dépôt, « seule solution pour protéger son épouse ».

L’avocat du prévenu, dans sa plaidoirie, tentera de mettre à mal le caractère réitéré des menaces, plaidant la relaxe. Le tribunal suivra la procureur dans son réquisitoire, condamnant l’homme à quatre mois de prison ferme avec mandant de dépôt à l’issue de l’audience.

Centre Presse / Xavier Buisson
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?