Faits divers

France-Monde : les sujets qui font l’actualité de ce lundi pascal

  • Le président turc Recep Tayyip Erdogan a certes obtenu le «oui» qu’il recherchait au référendum sur le renforcement de ses pouvoirs.
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a certes obtenu le «oui» qu’il recherchait au référendum sur le renforcement de ses pouvoirs.
Publié le / Modifié le S'abonner

Référendum en Turquie, victoire étriquée d’Erdogan, l’opposition conteste

Une victoire, mais a minima: le président turc Recep Tayyip Erdogan a certes obtenu le «oui» qu’il recherchait au référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, mais l’opposition, qui l’accuse de dérive autoritaire, crie déjà à la fraude. M. Erdogan, 63 ans, recherchait un plébiscite. Toutefois, selon les résultats diffusés par l’agence de presse progouvernementale Anadolu, le «oui» n’a recueilli que 51,37% des suffrages dimanche après dépouillement des bulletins dans 99,45% des urnes. Le chef du Haut-Conseil électoral (YSK) a confirmé la victoire du «oui», précisant qu’il devançait le «non» de quelque 1,25 million de voix, avec seulement 600.000 bulletins de vote restant à dépouiller.

Macron et Le Pen en duel à Paris avant le sprint final

Favoris des sondages mais en position encore précaire, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se répondront lundi à quelques heures d’intervalle en meetings à Paris, lançant une dernière semaine décisive avant le premier tour de la présidentielle. Alors que les différentes enquêtes d’opinion montrent un resserrement des positions en tête et soulignent la part importante d’indécision de l’électorat, la gestion du sprint final sera cruciale. Gare au faux pas avant vendredi minuit, fin officielle de la campagne ! En stagnation voire en léger recul et talonnés par Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, Emmanuel Macron et Marine Le Pen chercheront à recréer une dynamique porteuse.

Chaos à Bastia pour l’Olympique lyonnais, déjà secoué par Besiktas

Des échauffourées brèves mais violentes, des joueurs lyonnais confinés dans le stade pendant deux heures avant de pouvoir quitter la Corse: la rencontre entre Bastia et Lyon, définitivement arrêtée à la mi-temps, a donné lieu à des scènes de chaos, dimanche à Furiani. La semaine est décidément très agitée pour les Lyonnais, qui avaient déjà débuté leur quart de finale aller d’Europa League avec 45 minutes de retard jeudi face à Besiktas, la faute à l’envahissement du terrain par des supporters lyonnais voulant se mettre à l’abri de jets de pétards et de projectiles lancés par leurs homologues turcs.

Une opération d’évacuation tourne au carnage en Syrie, 126 morts

Une opération d’évacuation d’habitants de localités assiégées en Syrie a tourné au carnage avec la mort de 126 personnes, dont 68 enfants, dans un attentat suicide samedi, l’une des attaques les plus meurtrières en six ans de guerre. Dans sa traditionnelle bénédiction Urbi et Orbi, le pape François a dénoncé une «ignoble attaque» et appelé à la paix en Syrie, pays victime d’une guerre «qui ne cesse de semer horreur et mort». Déclenché en mars 2011 par la répression dans le sang de manifestations prodémocratie, le conflit a fait plus de 320.000 morts, des millions de déplacés et de réfugiés et s’est complexifié avec l’implication d’acteurs internationaux et de groupes jihadistes.

EN BREF

- Quelques heures après l’échec d’un tir de missile par Pyongyang, les Etats-Unis ont marqué leur fermeté face à la Corée du Nord lundi avec la visite du vice-président Mike Pence à la zone démilitarisée entre les deux Corées. «Toutes les options sont sur la table», a-t-il déclaré.

- La croissance économique chinoise a accéléré à 6,9% au premier trimestre, le géant asiatique enregistrant par ailleurs un net renforcement de sa production industrielle en mars, sur fond de boom continu des investissements dans les infrastructures et la construction.

- Une agence bancaire de la Société Générale a été détruite par un l’explosion d’un extincteur à Corte (Haute-Corse) dans la nuit de dimanche à lundi, a-t-on appris de sources proches de l’enquête.

- 2-1 pour Vettel et Ferrari contre Hamilton et Mercedes: l’Allemand s’est adjugé le Grand Prix de Bahreïn dimanche devant son rival britannique, qui pourra regretter de s’être condamné à une pénalité de cinq secondes sans laquelle l’issue aurait pu être différente.

Centre Presse / AFP
Voir les commentaires
Réagir