La Loubière

Le 25 avril à Lioujas, André Valadier invité à parler d’Aubrac et de terroir

  • André Valadier, une vie consacrée à la promotion du territoire.
    André Valadier, une vie consacrée à la promotion du territoire.
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Mardi 25 avril à partir de 20 heures, à la salle d’animation des épis à Lioujas, l’association Valorisation du Patrimoine Bâti de la commune de La Loubière organise une soirée sur le thème de l’Aubrac d’hier, d’aujourd’hui et de demain qui sera animée par André Valadier.

Le président du syndicat mixte de préfiguration du Parc Naturel Régional d’Aubrac, prolonge son attachement au territoire par cette mission en voie d’aboutissement. Ce sera le couronnement d’une vie de labeur et d’engagements multiples du « pâtre » qui a su guider les mutations de l’économie agropastorale d’antan, promouvoir l’aligot et le fromage laguiole, produits par la coopérative Jeune Montagne dont il fut le fondateur.

Il a su valoriser et moderniser les cultures vivrières basées sur l’herbage, notamment par un véritable plan de relance de la race bovine aubrac que quelques éleveurs résistants eurent le mérite de maintenir envers et contre tout. Jeune agriculteur, hâtivement investi de la responsabilité de gérer la ferme familiale, suite au décès accidentel de son père, il est ensuite devenu maire de La Terrisse, président du syndicat agricole local avant de succéder à Marcel Bruel au niveau départemental. Il fut administrateur puis représentant de la « banque verte » à la chambre d’agriculture, président de l’Etablissement départemental de l’élevage, conseiller régional de Midi-Pyrénées et président de la commission Agricole. André Valadier a aussi assumé des responsabilités au sein de l’Institut National des Appellations d’Origine pour labelliser les produits de terroir.

André Valadier est le référent incontournable pour raconter « son Aubrac » en faisant observer que sur ce territoire, élevage, environnement et paysages sont compatibles. De ce fait, il affirme que l’éleveur et le touriste sont complémentaires. Selon la formule qui lui est chère « la tradition sans modernité est stérile ; la modernité sans tradition est aveugle ».

Le résultat de la participation sera intégralement affecté aux travaux de restauration du patrimoine bâti de la commune de La Loubière.

Réagir