A Rodez, les jeunes du Claj à la recherche de logements meublés

  • L’assemblée générale a rassemblé les partenaires du Claj et les proriétaires-bailleurs.
    L’assemblée générale a rassemblé les partenaires du Claj et les proriétaires-bailleurs.
Publié le , mis à jour

Soixante-quinze pour cent des étudiants, jeunes salariés et demandeurs d’emploi recherchent des logements meublés. C’est en substance ce qui ressort du rapport d’activité du Comité local pour le logement des jeunes (Claj). « Les jeunes viennent souvent pour quelques années, voire pour quelques mois. Il leur faut donc du meublé. Cela leur évite aussi de prendre des abonnements d’eau et d’électricité », explique Guy Drillin, le président du Claj. Le Claj œuvre donc dans ce sens mais également dans un but plus large, celui de venir en aide aux jeunes (de 16 à 30 ans). « Notre objectif global est de permettre aux jeunes ainsi qu’aux étudiants en apprentissage ou en rupture familiale de trouver un logement autonome », ajoute Guy Drillin. Pour autant, l’ancien élu, qui reste très impliqué dans le réseau associatif.

« Le Claj n’est pas une agence immobilière. Il y a un vrai accompagnement qui se réalise à la fois avec les propriétaires bailleurs et les locataires », souligne Guy Drillin Véronique Chirac, l’interlocutrice des jeunes et propriétaires qui travaille seule en poste fait un travail « remarquable ». Malheureusement, elle ne peut pas être à la fois au bureau, au téléphone (2 900 contacts, cette année) et sur le terrain à faire visiter les appartements. Ce qui conduit Guy Drillin à lancer un appel aux pouvoirs publics afin d’embaucher une personne supplémentaire. Le travail ne manque pas au Claj. Pour l’année 2016, le comité a plus de demandes. Il y a en effet 500 à 600 étudiants de plus, donc autant de demande de logements supplémentaires.

L’agglo compte 3 500 étudiants aujourd’hui. Bien sûr le Claj ne répond pas à toutes ces demandes, mais il ressent les effets de ces effectifs à la hausse. Pour l’instant, les 200 propriétaires adhérents au claj répondent peu ou prou à la demande (en raison d’un turnover important pour les stagiaires, par exemple). Le Claj souffre également d’un budget restreint. « Nous sommes toujours aussi pauvres, à la limite de l’indigence, mais nous restons optimistes », déclare Guy Drillin. Le Claj fonctionne avec les subventions de l’Agglo (27 000 €), la CAF (14 000 €), l’Oprah (5 000 €) et l’action logement (5 000 €).

Les jeunes en demandes de logements autonomnes proviennent surtout de l’agglomération ruthénoise, pour 40% d’entre eux. 24 % viennent du reste du département, 15 % de l’ancienne région Midi-Pyrénes. 18% d’entre eux proviennent du reste de la France. Et seulement 3% viennent de pays étrangers. La plupart sont étudiants (44%).

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

330 €

Ce studio situé dans une résidence sécurisée vous propose: Une pièce équipé[...]

335 €

Ce studio vous propose: Une entrée Un séjour avec coin kitchenette (2 plaqu[...]

461 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE- 3 pièces dans quartier calm[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?