Maternité de Decazeville

Maternité de Decazeville : «Nous en avons ras le bol de nous faire balader»

  • Entre colère et exaspération.
    Entre colère et exaspération.
Publié le / Modifié le S'abonner

Réuni une nouvelle fois lundi soir, le Collectif Tous Ensemble n’a pu que déplorer le statu quo qui prévaut dans le dossier de la maternité.
« Nous en avons ras le bol de nous faire balader ! Nous devons montrer notre colère pour sortir de ce qui ressemble à une impasse. L’ARS ajoute sans cesse de nouvelles conditions à la réouverture alors même que tous les efforts ont été faits. Voudrait-on nous mettre des bâtons dans les roues qu’on ne s’y prendrait pas autrement ! Comment voulez-vous que l’on recrute des pédiatres, gynécologues ou sages-femmes si l’on n’est même pas en mesure de leur indiquer une date d’ouverture ? Ce n’est pas sérieux de la part de l’ARS. Il semble à nos yeux qu’elle joue la montre ou parie sur le pourrissement de la situation en espérant que la saison estivale va fragiliser la mobilisation... Nous devons montrer notre détermination à
obtenir une nécessaire date d’ouverture de la maternité, fut-elle de principe, afin de pouvoir recruter les candidats potentiels
 ».

C’est cette semaine que l’ARS (Agence Régionale de Santé) Occitanie devrait rendre son rapport après l’inspection surprise qui s’est finalement déroulée le 18 mai, alors qu’elle avait été annoncée pour le 24 mai. Cette inspection, nécessaire dans la perspective d’une réouverture, s’est avérée très pointilleuse dans la mesure où l’ARS a ajouté des conditions, élevant de fait le niveau de sécurité à la hauteur d’une maternité de niveau II, notamment en ce qui concerne les tableaux de garde, alors même que la maternité decazevilloise est une structure de niveau 1.

Il est vrai que le départ inopiné d’Aura Damiani, la pédiatre fraîchement recrutée, aura constitué un handicap, mais un handicap non rédhibitoire dans la mesure où une date de réouverture une fois acquise, des candidats sont sur les rangs.

Concernant maintenant la demande d’audience formulée récemment par le Collectif via le préfet de l’Aveyron, c’est également silence radio ! Ce silence étonne tout autant qu’il irrite.

Tout sera fait, via une nouvelle demande par la députée Marie-Lou Marcel, ou par l’activation de réseaux de connaissances pour décrocher cette audience ministérielle.

La priorité du Collectif reste la même. « On doit coûte que coûte obtenir une date de réouverture de la maternité, même de principe. On ne peut pas se permettre d’attendre le rapport de l’ARS, ni l’avis de la CSOS du 20 juin, ni le 30 juin. Nous avons besoin d’une date de réouverture ! »

Un appel est donc lancé à la population du bassin de santé de l’hôpital de Decazeville, aux élus, et à tous ceux qui veulent défendre la maternité et l’hôpital « pilier du développement du territoire ». La date de ce rassemblement est arrêtée au jeudi 8 juin prochain à 17 h 30, devant le Centre hospitalier.

Outre ce rassemblement que le Tous Ensemble souhaite le plus imposant possible, des actions de blocage sont prévues, « afin de montrer que le Bassin ne renoncera pas à lutter pour sa maternité ».

Centre Presse / Philippe Boscus
L'immobilier à Decazeville

143000 €

A VENDRE- Maison de ville avec garage,terrasse et cour.environ 120 m2 habi[...]

55000 €

A VENDRE-Grand appartement de Type 3 d'environ 90m2 ,traversant, avec bal[...]

180000 €

A VENDRE- grande maison rénovée avec piscine ( 4X8) et grand terrain boisé [...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir