Faits divers

Meurtre de Cintia à Toulouse : un ancien criminel suspecté

  • Meurtre de Cintia à Toulouse : un ancien criminel suspecté
    Meurtre de Cintia à Toulouse : un ancien criminel suspecté
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Moins de deux semaines après la découverte du corps de Cintia, jeune fille de 21 ans retrouvée morte dans un véritable bain de sang dans le quartier Arnaud-Bernard à Toulouse, un suspect sérieux vient d’être interpellé par les enquêteurs du service régional de la police judiciaire de Toulouse. Et cet homme est déjà apparu dans plusieurs affaires judiciaires car il s’agit de Jean-Baptiste Rambla, 49 ans aujourd’hui, selon nos confrères de La Dépêche du Midi. Il n’est autre que le frère de la petite Marie-Dolorès Rambla, 8 ans, kidnappée et assassinée en 1974 à Marseille. Dans cette affaire dite du «Pull-over rouge», Christian Ranucci avait été condamné à mort et guillotiné. Le kidnapping de la petite Marie-Dolorès s’était produit sous les yeux de Jean-Baptiste, son petit frère âgé alors de 6 ans.

Jean-Baptiste Rambla était revenu sous les feux de l’actualité début 2005, toujours à Marseille. Le corps de Corinne Beidl, son ancienne employeuse, avait été retrouvé dissimulé dans le cabanon du suspect après six mois de recherches. « Hanté par la disparition» de sa grande-soeur, 30 ans auparavant, il avait avoué le meurtre, expliquant avoir agi sous le coup de la colère car la victime menaçait de le licencier. Jugé aux assises, il avait écopé de 18 ans de réclusion criminelle.

Toujours selon La Dépêche du Midi, il habitait depuis quelque temps, en toute discrétion, à Toulouse où il était suivi par un juge de l’application des peines. Reste désormais plusieurs questions en suspens : comment a-t-il rencontré Cintia ? Est-il bien son meurtrier ? Si oui pourquoi s’en est-il pris à la jeune fille ? Les prochaines heures de sa garde à vue devraient être déterminantes. S’il avoue, il devra expliquer le motif de son extrême violence envers la jeune fille qui a été égorgée et lacérée à l’arme blanche.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir