Tour de France : le viaduc de Millau comme départ d’étape le 22 juillet 2018 ?

  • En 2015, le Tour était passé sous le viaduc.  Archives  E.T.
    En 2015, le Tour était passé sous le viaduc.  Archives E.T.
Publié le , mis à jour

Ce n’est plus arrivé depuis 1990. Des discussions sont actuellement très avancées pour que le Tour de France 2018 passe par Millau. L’information, révélée en juillet par nos confrères du Journal de Millau tend à se confirmer. ASO, qui organise l’épreuve, a sollicité les élus millavois et ceux du département, pour que l‘épreuve fasse une nouvelle fois étape dans l’Aveyron. Après Rodez (ville d’arrivée) et Laissac (ville de départ), c’est Millau qui pourrait être à l’honneur l’année prochaine. En fait, si l’organisation du Tour s’intéresse à la cité du gant, c’est notamment pour ses infrastructures hôtelières. Il semble acté que la Grande boucle fera étape à Mende, en haut de la fameuse montée Jalabert. Mais lors du dernier passage dans la préfecture de Lozère de gros soucis de logements, pour les équipes techniques notamment, avaient été mis en avant. Pour que le Tour y repasse, il faut donc qu’il parte le lendemain d’une ville pas trop éloignée et disposant d’infrastructures complémentaires. C’est le cas de Millau, qui a déjà logé cette année de nombreux membres de la caravane publicitaire.

ASO a donc sollicité la mairie, mais aussi le Département. En fait, l’organisateur, toujours à la recherche de choses inédites, voudrait, selon nos sources, faire s’élancer l’étape depuis le tablier du viaduc. Une information que n’a pas la Compagnie Eiffage du viaduc de Millau (CEVM), qui exploite l’ouvrage et pour qui ce scénario semble compliqué à mettre en place. La décision sera également forcément soumise à une décision du gouvernement, qui est la seule autorité légitime pour valider la fermeture du viaduc. Quoi qu’il en soit, la Ville, d’abord réticente au vu des coûts (environ 70 000 € pour être ville de départ et plus de 100 000 € pour la ville d’arrivée), pourrait se laisser convaincre. Surtout si ASO, qui est demandeur, venait à réduire la facture. Le Département devrait lui aussi suivre sur le plan financier, comme il l’a fait cette année avec les deux villes étapes aveyronnaises.

Au vu des réservations d’hôtels qui ont déjà été effectuées en Aveyron (à Millau et à Rodez notamment), il semblerait qu’on s’oriente vers un départ de Millau le dimanche 22 juillet 2018. Ce qui ne serait pas forcément l’idéal pour fermer le viaduc la fréquentation étant haute lors des dimanches estivaux. À cela s’ajoute la question des spectateurs. Il est impensable de les faire monter sur le tablier. Tout juste peut-on envisager une privatisation et un passage sur l’aire, comme cela se fait pour la course du viaduc. Mais cela pose de gros soucis de logistique. Le parcours lui aussi reste pour le moment indéterminé. Si la Ville de Millau paye, il serait logique que le peloton descende en ville. Il pourrait ensuite filer dans la vallée du Tarn pour rejoindre tranquillement les Pyrénées. Réponse officielle le 17 octobre.

Centre Presse / Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?