Une chute mortelle et de nombreuses rixes à la fête de Decazeville

Publié le , mis à jour

La fête de Decazeville ce week-end a particulièrement été animée ! Et tragique car un homme de 45 ans, originaire du Gard a perdu la vie samedi à 3 heures du matin après avoir chuté d’un muret. Les faits se sont produits place Wilson (à l’arrière de l’église) à Decazeville. La victime et un de ses amis passaient la nuit dans leur camping-car stationné à proximité de l’église quand elle a été prise d’une envie pressante. Alors qu’elle se soulageait, elle a été apparemment déséquilibrée et a chuté dans le fonds situé en contre bas. Rapidement sur place les secours n’ont pas pu le ranimer. Une enquête a été ouverte pour étayer la cause accidentelle du drame.

Quatre rixes au moins ont émaillé les festivités decazevilloises du week-end dernier et il n’est pas exclu qu’elles soient en partie liées. La première est intervenue samedi à 20 h 50 sur le plateau supérieur non loin des enseignes RAGT et Géant Casino. Deux personnes ont été blessées : un homme âgé de 42 ans, blessé au cuir chevelu et se plaignant d’une douleur aux côtes ; une femme de 24 ans, se plaignant, elle, de contusions multiples. Tous deux sont domiciliés dans le quartier du Baldit. Quelques heures plus tard, à 6 heures du matin de dimanche, rebelote. Les pompiers du Bassin intervenaient cette fois rue Camille-Douls pour porter secours à une femme de 45 ans qui, encore à la suite d’une rixe, souffraient de contusions à la face et notamment au nez.

La troisième s’est déroulée dans le quartier du Sailhenc et certains évoquent l’utilisation d’armes blanches. Deux victimes se seraient rendues par leurs propres moyens au centre hospitalier tout proche. Enfin, la quatrième rixe a eu pour théâtre la rue Clemenceau. La bagarre a fait une victime, une femme enceinte de 4 mois qui a tenté de s’interposer et qui a reçu une canette de bière sur le crâne, occasionnant une large plaie au cuir chevelu. Une des personnes impliquée dans la rixe aurait été interpellée. En tout état de cause, les policiers decazevillois ont beaucoup de travail en perspective, d’où l’impossibilité pour eux de donner hier plus de précisions. Des plaintes ont été déposées.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?