Les États généraux aveyronnais vont-ils révolutionner la restauration collective ?

  • Les États généraux aveyronnais vont-ils révolutionner la restauration collective ?
    Les États généraux aveyronnais vont-ils révolutionner la restauration collective ?
  • Les États généraux aveyronnais vont-ils révolutionner la restauration collective ?
    Les États généraux aveyronnais vont-ils révolutionner la restauration collective ?
Publié le , mis à jour

« Ça n’est pas un rendez-vous annuel... mais ça peut le devenir ! », déclarait Jacques Molières, président de la Chambre d’agriculture, à la veille de l’ouverture des États généraux de l’alimentation en Aveyron. L’affluence et la qualité des débats, au long de la journée d’hier à Rodez, pourraient bien faire que ces États généraux soient de retour l’an prochain dans le département.

Une cinquantaine d’acteurs du monde de l’alimentation étaient rassemblés dès 10 heures à la Maison de l’agriculture. Des agriculteurs de différentes filières mais aussi des représentants de la grande distribution, de la société civile (CLCV, Udaf, FCPE...), des syndicats agricoles, cuisines centrales, institutions (CCI, conseil départemental, chambre de métiers, etc.)...

À l’issue d’une prise de parole aux côtés de Jacques Molières et Jean-François Galliard, président du conseil départemental, le préfet Louis Laugier s’est félicité de ce travail « collégial et élaboré en commun, qui viendra alimenter la réflexion globale ». Louis Laugier retiendra notamment des échanges le travail envisageable pour « développer les circuits courts ».

Quatre ateliers ont rythmé la matinée des participants : « l’approvisionnement local de la restauration collective départementale », « Marché régional de proximité : quelle place pour l’agriculture aveyronnaise ? », « Une nouvelle stratégie pour la valorisation des Signes officiels de qualité » et « La valorisation de l’exportation des produits agricoles et agroalimentaires ? ».

Plusieurs pistes de travail ont émergé, notamment concernant la restauration collective. Une rencontre sera programmée entre producteurs et acheteurs des collectivités, ainsi qu’entre cuisiniers et producteurs. Une plateforme de mise en relation sera par ailleurs proposée aux producteurs et gestionnaires de restaurants collectifs.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?