Traitement des ordures ménagères : les opposants au projet Solena manifestent dans le Bassin

  • Traitement des ordures ménagères : les opposants au projet Solena manifestent dans le Bassin
    Traitement des ordures ménagères : les opposants au projet Solena manifestent dans le Bassin
Publié le , mis à jour

Colère noire autour des sacs noirs ! L’exaspération des habitants du territoire s’est une fois de plus manifestée samedi matin lors du rassemblement organisé au rond-point de Laubarède par l’association Adéba 12.

Une association qui, on le sait, s’oppose depuis de longs mois déjà au projet Solena porté par les entreprises Séché et Sévigné qui souhaitent implanter sur les zones de Dunet et du Mas (communes d’Aubin et de Viviez) une unité de traitement des ordures ménagères et un centre d’enfouissement.

Un projet à ses yeux « funeste pour le territoire, car il serait dès lors identifié, si d’aventure il voyait le jour, comme la poubelle du département ! »

Or, samedi matin, à ces farouches opposants de la première heure, s’étaient joints des habitants du Bassin, des contribuables devrait-on préciser, qui ont eu la très désagréable surprise de découvrir à réception de leur taxe foncière que l’ancienne redevance d’enlèvement des ordures ménagères (REOM) avait changée de nature puisqu’elle s’était transformée en taxe d’enlèvement des ordures ménagères, adossée à la taxe foncière et déconnectée donc de la quantité d’ordures produites et du nombre de personnes composant le foyer... Et ce, alors même que des années durant on leur avait promis, via entre autres choses un Agenda 21, le passage de la redevance habituelle en redevance incitative au terme de laquelle chacun aurait payé en fonction de ses déchets produits...

Le dernier conseil communautaire, on s’en souvient, avait été perturbé par l’irruption dans la salle du conseil de représentants d’Adéba et de particuliers mécontents par le nouveau système de taxation mis en place. L’Adéba 12 défend en effet l’idée que les deux dossiers sont connexes dans la mesure où le traitement des déchets doit être pensé à la source, dès leur production. Plus on est vertueux, moins on en produit, moins on paye... Et moins on incite donc des entrepreneurs privés à se positionner sur un marché qui serait donc de fait moins « juteux ».

Or samedi matin, les responsables de l’Adéba se sont fait légèrement déborder par des administrés essentiellement préoccupés par l’augmentation drastique de leur facture d’enlèvement des OM.

Ces derniers en ont vraiment gros sur la patate et sont furieux contre les élus du territoire, notamment le premier d’entre eux, André Martinez, « qui n’a même pas le courage, contrairement à ce à quoi il s’était engagé, d’organiser une réunion publique sur le sujet, préférant se réfugier derrière l’édition d’un 4 pages, publié à nos frais et qui sera distribué en février ou mars prochains ».

« On marche sur la tête », « d’ores et déjà, je ne trie plus », « obligeons les élus à faire marche arrière tout de suite ! », entendait-on alors, quand les plus courroucés promettaient des actions « fortes », « symboliques », « démonstratives » et « médiatiques » pour les prochains jours. Bref, c’était chaud, très chaud, et ça commençait à sentir mauvais !

Centre Presse / Philippe Boscus
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

48500 €

DECAZEVILLE - Lot de 2 Immeubles à Rénover sur un terrain de 962 m² environ[...]

29000 €

Decazeville : Parcelles de terrains à bâtir libres de constructeur au sein [...]

86250 €

Maison familiale des années 1960, très bonne base de départ pour cette mais[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?