Arnaud Vercruysse : « On est en construction, on se développe »

  • Arnaud Vercruysse. JLB
    Arnaud Vercruysse. JLB
Publié le , mis à jour

Arnaud Vercruysse, comment s’est passée cette semaine de travail après le succès obtenu face à Lombez-Samatan (45-6) ?

Les joueurs ont été très sérieux, appliqués et enthousiastes, comme depuis le début de la saison, et il y avait bien évidemment moins de pression grâce à la victoire de dimanche.

Au-delà de ça, avez-vous constaté d’autres changements chez vos joueurs par rapport aux semaines précédentes ?

Non, c’est un peu trop tôt pour valider ce que l’on perçoit. Contre Lombez, le plus dur était d’ôter l’inhibition aux joueurs avant le match. Un sportif se nourrit de ce qu’il fait et de ce qu’il entend, mais je crois que certains sont plus perméables que d’autres, notamment aux critiques. Il y en a eu certaines concernant nos vingt premières minutes, au cours desquelles on a franchi plusieurs fois le rideau adverse et eu la possession de balle, mais sans arriver à concrétiser, avant de se retrouver mené 3-0. Ç’aurait pu créer un peu plus de crainte sur le plan psychologique mais là, les joueurs ont été capables d’inverser la tendance et ont construit leur victoire. Dans une autre période, on aurait peut-être eu plus de difficultés et pas obtenu le bonus offensif. On est en construction, on se développe. On ne va pas se glorifier de quoi que ce soit car on n’a rien fait d’exceptionnel, et on sait que demain (ce soir, NDLR), à Blagnac, ce sera différent.

Justement, comment abordez-vous ce déplacement ?

On ne va pas se mentir : ça va être très compliqué, surtout avec une infirmerie aussi remplie qu’aujourd’hui. Les joueurs se posent des questions, mais peut-être qu’ils trouveront là le moyen de renforcer leur confiance en eux et en le groupe. Je pense qu’ils en sortiront un peu plus forts, à la fois en tant que joueurs et en tant qu’hommes, et je ferai confiance à ceux qui seront sur le terrain pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. On ne sera pas favori mais il y a toujours l’incertitude du sport. Ce ne sont pas les noms couchés sur la feuille de match qui le font gagner. Le plus dur, ç’a été la préparation, parce qu’on n’a pas pu faire tout ce que l’on souhaitait. Pour le reste, il y aura vingt-trois joueurs sur la feuille de match, quoi qu’il arrive.

En affrontant Blagnac une semaine après avoir joué contre Lombez-Samatan, votre calendrier ressemble aux montagnes russes...

C’est le grand écart, oui. Sans manquer de respect à Lombez, on sait que Blagnac est une écurie de haut niveau. Ce club a un projet pertinent, s’appuie sur un staff très compétent et a accès à beaucoup de joueurs. Il n’y a pas de honte à dire qu’il est hyper favori de la poule, même s’il s’en défend en adoptant une communication de petit poucet. Ce qu’il fait est très bien. On n’est pas admiratif mais on s’en inspire, avec des moyens différents.

Centre Presse / Romain Gruffaz
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?