Deux Aveyronnais sur les routes de France pour la bonne cause

  • Deux Aveyronnais sur les routes de France pour la bonne cause
    Deux Aveyronnais sur les routes de France pour la bonne cause
Publié le , mis à jour

Casser la routine et s’ouvrir aux autres. Voici le défi que se sont lancé deux jeunes Aveyronnais durant le dernier été. Alexis Rossi et Laura Fric, à peine la vingtaine, s’aventurent depuis deux mois et demi sur les routes de France. À la recherche d’une vie bien différente de celle qu’ils connaissent jusqu’alors à Rodez et Espalion.

L’ancien agent de sécurité et l’employée de fast-food ont pris la poudre d’escampette le 8 août dernier. Presque sur un coup de tête. « Laura voulait partir à l’aventure, tout en marchant, réaliser une sorte de parcours initiatique, explique Alexis, qui n’est autre que son compagnon. Lorsqu’elle a commencé à m’en parler, je n’étais pas dans cette optique-là. J’étais plus dans le train-train boulot-dodo. Et puis un jour, je me suis levé du pied droit. »

Sourire aux lèvres, le garçon repense encore à la décision fin juillet. Un coup de tête qui les a menés jusque vers la côte Atlantique et aujourd’hui, la Bretagne.

Munis d’un simple sac à dos, contenant un duvet et une tente, les deux tourtereaux vivotent, demandent l’hospitalité aux habitants rencontrés sur leur chemin. « On discute avec les gens, on leur explique notre démarche. Certains nous offrent des repas, d’autres nous prêtent leur machine à laver pour qu’on puisse nettoyer notre linge ou nous proposent un hébergement pour la nuit. »

Mais à l’inverse de leurs aînés, Laura et Alexis ont voulu donner du sens à leur périple programmé sur une année. Le couple s’est rapproché de l’association Petits princes, qui réalise les rêves d’enfants hospitalisés et atteints de maladies graves. « Notre rêve, à moi et Laura, était de découvrir toutes les régions de France. Si nous avons la capacité de le faire, autant que notre marche serve à une telle cause. »

Après 2 100 km parcourus, les deux Aveyronnais se félicitent de l’écho reçu par leur démarche. Et espèrent que les habitants des futures régions prévues à leur programme seront autant réceptifs.

Centre Presse / Jeremy Mouffok
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?