Les élus PS contre la volonté centralisatrice de l’État

  • Sarah Vidal et Bertrand Cavalerie.
    Sarah Vidal et Bertrand Cavalerie.
Publié le , mis à jour

La séance plénière du conseil départemental, mardi dernier, a donné l’occasion aux élus d’interpeller le préfet sur les politiques publiques et leur impact sur le territoire aveyronnais. Parmi ces élus, Sarah Vidal et Bertrand Cavalerie, conseillers départementaux socialistes et républicains, ont étayé leurs inquiétudes quant à l’avenir des territoires ruraux, en « tirant la sonnette d’alarme » sur de nombreux dossiers.

Et de revenir quelques jours plus tard, sur ces enjeux tels que la santé, les services publics, les commerces de proximité... qui préoccupent l’Aveyron. « Quels sont les financements fléchés pour mettre en œuvre les priorités soulevées notamment par le Schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public, un document co-construit de grande qualité ? », s’interroge Sarah Vidal avant de trancher : « Les mesures annoncées par le gouvernement sont insuffisantes. »

Pour l’élue, « les choix opérés ont des incidences sur notre quotidien, sur l’économie de notre territoire : suppression d’un tiers des contrats aidés, suppression des aides au maintien dans l’agriculture biologique, augmentation de la CSG pour les retraités, baisse des APL qui affaiblit les bailleurs sociaux et ralentit leurs investissements, renoncement à certains chantiers de transport structurants tels que la LGV...».

« Le tout de façon brutale, sans concertation préalable », poursuit Bertrand Cavalerie qui, dans sa ville de Capdenac, perd sa Trésorerie générale...

Le chef de file des élus socialistes et républicains, qui plaide pour la nécessité des départements « ou se jouent les solidarités humaine et territoriale », se dresse contre la mise en œuvre par le gouvernement d’un taux directeur de 1,4 % limitant l’augmentation des dépenses de fonctionnement. « Encadrer les budgets des collectivités est une mise sous tutelle inacceptable, prévient-il. Toutes ces décisions traduisent une vision très jacobine, très centralisatrice de la gestion de l’état. »

En cela, il rejoint les élus de la majorité départementale qui ne disent guère autre chose. D’ailleurs, les sept motions présentées par la majorité et l’opposition au cours de cette séance plénière (démographie médicale, LGV, soutien aux bailleurs sociaux, à France 3 Quercy Rouergue...) ont été adoptées à l’unanimité.

Centre Presse / Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?