Le cirque Amar débarque en Aveyron et répond d’ores et déjà à la polémique

  • Le cirque Amar débarque en Aveyron et répond d’ores et déjà à la polémique
    Le cirque Amar débarque en Aveyron et répond d’ores et déjà à la polémique
Publié le , mis à jour

Le cirque Amar dressera son énorme chapiteau rayé rouge et blanc d’une capacité de 1 800 sièges (et non pas places) les mardi 12 et mercredi 13 décembre sur le plateau des Équipages, à Decazeville, face à Géant Casino. Avant cela, il passera 10 jours (du 1er au 10 décembre) sur l’esplanade du Val de Bourran, à Rodez. Un événement qui n’était pas arrivé ici depuis 2011 et qui sera toutefois inédit puisqu’il s’agira cette fois du Grand Cirque de Noël !

Mais avant de présenter ce spectacle de façon plus détaillée, quelques mots sur les polémiques présentes autour des cirques présentant des numéros avec animaux puisqu’aussi bien on nous aurait reproché de ne pas le faire.

Le Firminois Stéphan Gistau, M. Loyal et voix emblématique du cirque Amar depuis 17 ans, n’en prend pas ombrage. Pour tout dire il s’attendait à cette question, et l’aurions-nous évité, il y a fort à parier qu’il l’aurait lui même évoqué.

Le sujet l’irrite et d’entrée de jeu, lui qui siège au Conseil des Sages du Cirque Classique Français (CSCCF), montre qu’il connaît bien le dossier et en témoigne avec de nombreux arguments et le sens de la formule : « Une société qui va mal s’occupe plus des animaux que des êtres humains ! Le cirque est le second loisir national. Et sur les 14 millions de personnes qui le fréquentent, le cirque dit classique (avec animaux) attire 13 M d’entre eux contre 1 M pour le cirque contemporain qui est lui subventionné, alors que le cirque classique ne l’est pas. Sur le fond maintenant, à savoir le bien-être des animaux : il est loin et révolu le temps où l’on faisait pédaler des ours sur un vélo. Les dresseurs ne sont plus des dresseurs au sens péjoratif du terme, mais bien plutôt des éducateurs qui allient patience, connaissance de l’animal et récompense. Hormis quelques très rares cas de brebis galeuse, les cirques sont tous très respectueux de la législation actuelle qui impose des règles strictes. Pour présenter et détenir un animal sauvage le dresseur doit avoir un certificat de capacité. Ce diplôme, délivré par les préfets et le ministère de l’Environnement, est très difficile à obtenir et chaque manquement aux règles entraîne le retrait de ce certificat, et le retrait des animaux », souligne-t-il.

Avant de poursuivre : « Concernant le bien-être des animaux, les cirques sérieux ont tous des cages dites de détente, il s’agit de grandes cages ou les animaux peuvent courir et jouer librement entre les spectacles. Autre vecteur de ce bien-être, les animaux se reproduisent. Pour ne donner qu’un exemple, en 11 ans le cirque Amar a accueilli 16 naissances de tigres blancs ! Enfin, mais je pourrais m’étendre beaucoup plus longuement, les animaux sauvages vivent en moyenne dix ans de plus dans les cirques que dans la nature ».

M. Loyal n’a pas la langue à la poche et il est bien conscient que le débat suscite de vraies passions et autant d’interrogations, même s’il met en doute la bonne foi de certaines associations « qui n’ont qu’un seul objectif, celui qui consiste à signer notre arrêt de mort...»

Centre Presse / Philippe Boscus
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

19000 €

Decazeville, proche du centre, venez découvrir ce terrain sur les hauteurs [...]

44000 €

VENDS TERRAIN A DECAZEVILLE D'UNE SUPERFICIE D ENVIRON 2300M2 VUE DÉGAGÉE A[...]

137500 €

Grande maison de ville ( environ 180 m2 habitable) avec terrasse et jardin [...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?