Rugby. Le Sporting decazevillois reste en crise

  • Rien ne va plus au SCD. Les joueurs parviendront-ils à se relever de ce nouvel échec ? SM
    Rien ne va plus au SCD. Les joueurs parviendront-ils à se relever de ce nouvel échec ? SM
Publié le

Il faut être honnête, on ne voit pas comment le Sporting peut se sortir de cette spirale négative, alors que le club du Bassin, bon dernier, vient d’essuyer son 8e revers en 9 matches cette saison (!), dimanche à domicile face à Astarac Bigorre (16-21). Alors bien sûr qu’il y a la crise dans le club decazevillois ; mais elle est davantage sur le plan sportif que sur le volet extra-sportif.

Et quand rien ne va, comme c’est le cas actuellement, les rouages se grippent un peu plus et Éric Fernandez, le coach, ne mâche pas ses mots : « Il y a trop de déchets en touche, notamment dans les zones importantes à l’approche de la ligne adverse. On a toujours quelque chose qui ne va pas. Soit le lancé n’est pas bon, soit le soutien s’oublie, soit le sauteur claque le ballon et saute le demi de mêlée. Rajouté à cela qu’un ou deux joueurs n’ont pas répondu présent. Ça, ce n’est pas normal ! D’ailleurs, on va le leur dire. »

Pourtant, le Sporting aura réalisé de bons passages dans cette rencontre face à Astarac-Bigorre. L’engagement physique et la détermination des joueurs sur l’ensemble de la partie auront été permanents. Ils n’ont rien lâché, mais comme toujours, le trop-plein de fautes est venu sanctionner le XV decazevillois. Donnant les vingt points, sur pénalités, à un adversaire qui ne s’attendait pas à tant de largesses. Malheureusement pour les ciel et blanc, l’envie n’est pas forcément source d’efficacité et de discipline. Le Sporting en est la preuve, mais semble tenté de progresser secteur par secteur. Dimanche, les joueurs ont montré qu’ils pouvaient se montrer déterminés. Demain, il va falloir qu’ils haussent leur niveau dans des secteurs qui touchent plus au jeu. Notamment la touche, mais également la mêlée où le Sporting a subi et a été énormément sanctionné.

Les mêmes problèmes reviennent en boucle, dimanche après dimanche. On se rapproche de la trêve de mi-championnat avec un bilan négatif et une dernière place qui n’a encore rien de rédhibitoire. Le Sporting a la chance de ne pas être encore trop détaché des premiers non-relégables. Pour combien de temps encore ?

Reste maintenant deux rencontres à jouer. À Gaillac ce dimanche puis face à Isle-Jourdain, les Decazevillois auront encore les cartes en mains pour se sortir de ce marasme. Comme une note positive, à Eric Fernandez de conclure : « Maintenant, nous n’avons plus à nous mettre la pression. Il faut jouer, ne pas se désunir, travailler et surtout garder ce même état d’esprit. »

Centre Presse / Rui Dos Santos
Voir les commentaires
L'immobilier à Decazeville

29000 €

Decazeville : Parcelles de terrains à bâtir libres de constructeur au sein [...]

20000 €

SOUS COMPROMIS DE VENTE Dans petite résidence sécurisée, à 500m tous commer[...]

76750 €

A découvrir petite maison de ville mitoyenne type 4 de 90 m2 habitables com[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?