Rodez : six mois de prison ferme pour l’exhibitionniste récidiviste

  • Rodez : six mois de prison ferme pour l’exhibitionniste récidiviste
    Rodez : six mois de prison ferme pour l’exhibitionniste récidiviste
Publié le

Présenté lundi en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Rodez, un homme âgé de 36 ans était accusé d’exhibition sexuelle en récidive. Les faits ont été commis le 8 novembre dernier, rue Peyrot à Rodez.

Pris « d’une soudaine pulsion » le prévenu baisse son pantalon « et prend son sexe entre les doigts et paraît se masturber », explique le juge Denis Goumont. Sauf que deux jeunes filles passent à ce moment-là.

L’une d’entre elle avait déjà été victime, avec deux autres de ses amies, de l’exhibitionniste, en avril 2016 à Capdenac. « Est-ce un hasard si vous vous êtes retrouvé en face de la même jeune fille ? », l’interroge à plusieurs reprises Denis Goumont.

« Je vous jure que c’est le hasard, assure le prévenu. Je n’ai rien contre elle. » Le prévenu va d’abord nier les faits. Mais devant l’insistance des gendarmes et surtout le « bornage » de son téléphone portable, celui-ci va finir par avouer.

Par ailleurs, la même jeune fille a aperçu quelques jours plus tard l’exhibitionniste dans le hall de la piscine municipale de Rodez. « C’est la troisième fois que vous la croisez et c’est toujours du hasard ? », persiste le juge Goumont. Le prévenu plaide toujours la coïncidence. Pour le représentant du ministère public, Frédéric Cousin « la coïncidence de ces rencontres est troublante, même si cela est difficile à prouver ».

« Ce qui m’interroge fortement c’est que les faits pour lesquels il a déjà été condamné sont strictement identiques, poursuit-il. Bien qu’ayant conscience de son problème, il n’a pas décidé de se soigner. Je crains qu’il ne passe à nouveau l’acte. »

Son avocat explique que sont client « n’est pas le violeur qui attends les petites filles au coin du bois ». « Je soutiens que sa place ne doit pas être en prison. Il a des difficultés, il est malade et doit être soigné », plaide l’avocat.

Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné l’exhibitionniste à 9 mois de prison dont 6 mois ferme, avec mandat de dépôt. Par ailleurs, il lui est désormais interdit d’entrer en contact avec les victimes et avec des mineurs dans le cadre de son métier. Les juges ont également prononcé une obligation de soins.

Centre Presse / Philippe Henry
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?