Pour la première fois depuis 10 ans, la BTP recrute en Aveyron

  • Robert Hyronde, secrétaire général de la FBTP 12, Stéphane Rayssac, Jean-Pierre Servant et Laure Fabre (GEIQ).
    Robert Hyronde, secrétaire général de la FBTP 12, Stéphane Rayssac, Jean-Pierre Servant et Laure Fabre (GEIQ).
Publié le , mis à jour

La succession des crises économiques aura largement impacté le secteur du bâtiment et des travaux publics en une dizaine d’années : l’Aveyron a ainsi perdu 1 600 emplois jusqu’au début 2017 où la reprise, « sans être vraiment franche, s’est amorcée de nouveau », constate Jean-Pierre Servant, ancien président de la fédération aveyronnaise (FBTP 12).

Et voilà donc que « quelques entreprises hésitent moins à embaucher » dans un contexte porté par la relance du logement à Rodez et l’arrivée de la Légion sur le Larzac, ses maisons à construire (35 pavillons programmés) et bientôt son collège.

C’est ainsi que 40 offres d’emploi ont été identifiées dans le bâtiment en Aveyron, embauches assorties d’une formation ad hoc. Pour ce faire, la FBTP 12 s’est appuyée sur son partenaire naturel, le Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ) dans les métiers du BTP. Sont concernées des entreprises de gros œuvre, de 6 à 100 salariés.

Et il y a urgence. « Tous les jours, nos chantiers embauchent des gens qui viennent hors du département : il fallait reformer de la main-d’œuvre localement, au risque d’ouvrir la porte à des entreprises extérieures à l’Aveyron », explique Stéphane Rayssac, président d’Andrieu Construction et de la section gros œuvre de la FBTP 12.

En s’adossant au GEIQ, la fédération a souhaité mettre en place des formations sur mesure, adaptée à des « profils atypiques », sans limite d’âge et sans diplôme obligatoire.

« Il s’agit avant tout d’avoir un projet de vie en Aveyron, d’avoir envie de s’investir, d’être motivé... L’objectif est de lancer les formations dès février », résume Laure Fabre, directrice du groupement, en précisant que la formation se fait sur le département avec l’appui des Compagnons du Devoir.

Le GEIQ a visité chaque entreprise en recherche de main-d’œuvre pour affiner ces offres d’emploi diffusées auprès de nombreux partenaires et des organismes économiques et sociaux.

La procédure, lancée dès le 5 janvier, prévoit des entretiens, puis une immersion en entreprise un contrat de professionnalisation (pour les non diplômés) ou un recrutement direct, avant une formation de sept mois.

Si vous souhaitez profiter de cette relance dans l’emploi
du bâtiment, un seul contact : le GEIQ BTP 12, recrutement@geiq12.com, 05 65 77 56 35

32 postes de maçon et coffreur bancheur sur les secteurs de Rodez, Bassin decazevillois, Millau et Espalion.

Deux postes de chapiste et carreleur sur Saint-Geniez.

Un poste de chauffeur poids lourd sur Aubin. Un opérateur et un encadrant désamianteur sur le secteur de Millau, deux postes de chef de chantier sur Millau et un poste de chef d’équipe (dix ans d’expérience minimum) sur Espalion.

Centre Presse / Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?