La réserve animalière Sigean 2 à Millau : le projet en voie d’abandon

  • La réserve animalière Sigean 2 à Millau : le projet en voie d’abandon
    La réserve animalière Sigean 2 à Millau : le projet en voie d’abandon
  • La réserve animalière Sigean 2 à Millau : le projet en voie d’abandon
    La réserve animalière Sigean 2 à Millau : le projet en voie d’abandon
Publié le , mis à jour

Ce n’est pas encore tout à fait officiel. Mais ça le deviendra dans quelques jours. Interrogé la semaine dernière en conseil municipal, Christophe Saint-Pierre, le maire de Millau, semble s’être fait une raison. Le projet de réserve animalière sur les hauteurs de Saint-Germain ne se fera pas. C’est en tout cas ce que l’édile a laissé sous-entendre lors du dernier conseil municipal. Interrogé par Michel Durand, de l’opposition de gauche sur l’avancée du dossier, il s’est montré très clair. « On avait annoncé qu’on se donnait jusqu’à la fin de l’année 2017 pour contractualiser avec un investisseur, a-t-il détaillé. Mais sans trahir de secret, je ne crois pas qu’on arrivera à le faire avant la fin de l’année. Je m’étais engagé à ne pas donner suite au projet si nous n’avons personne au 31 décembre. Si c’est le cas, donc, nous n’irons pas plus loin. »

À la fin de l’été, un investisseur belge s’était renseigné sur le projet. Mais depuis quelques semaines, les discussions sont au point mort. De quoi satisfaire les habitants de Saint-Germain, mais aussi les chasseurs qui étaient particulièrement opposés au projet depuis son lancement.

C’est à la fin de l’année 2014, lorsque des inondations avaient ravagé la réserve africaine de Sigean, dans l’Aude, que l’idée avait germé dans la tête des élus millavois. Ils s’étaient alors positionnés pour accueillir le parc, en cas de délocalisation. Une solution qui n’avait pas été retenue, au profit d’une rénovation pérenne de la réserve de Sigean. Mais l’idée était lancée, et la Ville et la communauté de commune avaient, au printemps 2016, imaginé pouvoir créer un parc d’au minimum 130 hectares sur les hauteurs de la ville, pouvant accueillir des espèces de la zone paléarctique. Ce ne sera pas le cas donc.

Interrogé par l’opposition de gauche sur le coût des études, Christophe Saint-Pierre a dit n’avoir aucuns regrets. « Elles ont coûté à la Ville un peu moins de 70 000 €, rappelle-t-il. Mais je n’ai aucun remords. Quand il y a un projet qui est potentiellement porteur d’économie et d’emplois en terme d’attractivité touristique, je pense qu’il est indispensable qu’on l’étudie. Qu’est-ce que vous m’auriez dit s’il y avait eu cette possibilité et que nous n’avions pas fait les études ? Vous me l’auriez reproché. »

La réserve animalière Sigean 2 à Millau : le projet en voie d’abandon
La réserve animalière Sigean 2 à Millau : le projet en voie d’abandon
Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?