En « cavale » durant 11 jours, il écope de six mois de prison supplémentaires

  • En « cavale » durant 11 jours, il écope de six mois de prison supplémentaires
    En « cavale » durant 11 jours, il écope de six mois de prison supplémentaires
Publié le , mis à jour

Âgé de 23 ans, l’homme présenté jeudi en comparution immédiate au tribunal de Rodez a « omis », le 18 décembre, de regagner la maison d’arrêt de Rodez. Bénéficiant du régime de semi-liberté depuis une quinzaine de jours, il aurait dû réintégrer la prison à 11 h 15 ce jour-là mais ne l’a pas fait de peur, dira-t-il au tribunal, des conséquences d’accusations pesant contre lui.

Au sein de la maison d’arrêt, il serait suspecté (aucune procédure n’en atteste cependant à l’heure actuelle) de trafic de drogue et de téléphones portables. Jusqu’au 29 décembre, date à laquelle il se rendra de lui-même au commissariat de Moulins, il vivra dans des hôtels entre Aisne et Allier. « Je regrette, je devais sortir en juin ou juillet. Je regrette mon geste, mais je dois assumer ce que j’ai fait », affirmera le jeune homme, détenu à Druelle depuis l’été 2016.

Insistant sur les vertus du système de semi-liberté dont bénéficiait le prévenu, le procureur Frédéric Coulomb a requis une « réponse pénale forte » et demandera 15 mois d’emprisonnement. « On lui a fait confiance au détriment d’autres personnes », affirmera-t-il.

Son avocate évoquera son bon comportement en prison (école, atelier et poste de confiance à la maintenance de l’établissement) mais aussi une absence de ressources, un tempérament impulsif et un parcours chaotique entamé par une rupture familiale totale depuis ses 14 ans. Après délibération le tribunal, sous la présidence de Sylvie Rouanne, l’a condamné à six mois d’emprisonnement pour ces faits d’évasion.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?